Mouscron Selim Amallah avait alerté à 3 reprises Dutoit avant de trouver la solution.

Vendredi soir, sur la pelouse du Canonnier, Selim Amallah flirtait depuis le début de la rencontre avec le but ostendais. Mais sur sa route, à chaque fois, William Dutoit s’érigeait en mur infranchissable. Jusqu’à la 71e minute et la passe en retrait beaucoup trop légère de Rezaeian, l’homme du match, c’était le portier du KVO.

Mais Selim Amallah, travailleur infatigable, passait par là et parvenait à s’imposer entre Rezaeian et Dutoit pour inscrire l’unique but de la partie.

"Mon troisième de la saison", souriait-il assez modestement.

l’ancien Montois a un parcours particulier à Mouscron. Il y a posé une première fois son sac durant l’été 2015, après la faillite du RAEC. À l’époque, c’était Roland Louf qui l’avait repéré chez les espoirs des Dragons. Une bonne pioche sauf que la direction sportive de l’époque, le duo Selak-Paiva, ne croyait pas en lui. Le contrat qu’on lui avait fait miroiter n’a jamais été signé. La mort dans l’âme et blessé dans son amour-propre, Selim Amallah décida alors de descendre d’un cran et d’aller chercher du temps de jeu à Tubize.

Fort de cette expérience, il est à nouveau contacté par Mouscron cet été. C’est Laurent Demol qui le renseigne à Mircea Rednic. Jeune, pas cher et avide de saisir sa chance, Selim Amallah répondait à tous les critères instaurés par la nouvelle direction mouscronnoise.

Aujourd’hui, on peut affirmer que le Montois est une très bonne pioche. Le garçon possède une excellente mentalité et s’affirme de semaine en semaine. Evidemment, il y a toujours un peu de déchets dans son jeu mais il compense par un travail plein de générosité. Et cela fonctionne. Vendredi, Mircea Rednic a même décidé de se passer de son protégé Dorin Rotariu pour titulariser Selim Amallah.

"Cette place derrière les deux attaquants me convient très bien, souriait-il. J’ai déjà été mis à tous les postes. Mais tant que je joue…"