Ostende Pas moins de huit anciens joueurs du Sporting composent le noyau actuel des Côtiers. Adnan Custovic, l’entraîneur adjoint d’Yves Vanderhaeghe (un ancien Mauve lui aussi…), a accepté de les évoquer de manière individuelle. "C’est un immense plaisir de travailler chaque jour avec eux" , tient à préciser le Bosnien en guise d’introduction… 

Ibrahima Conte: "Il nous a déjà fait gagner un match"

Arrivé d’Anderlecht, où il aura joué 46 matches (3 buts et 5 assists) en deux saisons lors du dernier jour du mercato, alors qu’on l’annonçait en route pour Westerlo (et qu’il avait aussi été cité à Mouscron et Saint-Trond), Ibrahima Conte ne s’est pas encore imposé chez les Côtiers. En Pro League, il n’a joué que deux rencontres. "Il a des qualités énormes", précise Custovic. "Il a connu une longue période sans jouer avant d’arriver et il doit la digérer et retrouver le rythme. Il doit également s’adapter au système de jeu et faire face à une grosse concurrence." Mais à Malines (2-3), l'international guinéen a retrouvé son football et a fait basculer la rencontre à lui seul en marquant notamment le but de la victoire et en faisant vivre un calvaire à la défense. "Il a été extraordinaire. Il a décidé de la rencontre à lui seul. Il nous a clairement fait gagner trois points. Mais il avait tout donné pendant la rencontre et l’a un peu payé physiquement. Mais quand il sera à 100 % au niveau du rythme, il va faire des dégâts."

Silvio Proto: "S’il ne gagne pas, il râle"

© Belga

Présenter la rencontre entre Anderlecht et Ostende sans évoquer le retour de Silvio Proto serait presque un sacrilège. Le gardien des Côtiers vivra sans doute un moment extrêmement émouvant au moment de retrouver le public du Parc Astrid, qui l’a tant adoré durant plus d’une décennie. Véritable légende du club anderlechtois, avec lequel il a été champion à six reprises, le portier carolo s’est vite acclimaté à son nouvel environnement ostendais. "Son adaptation a été très rapide", atteste Adnan Custovic."C’est un compétiteur incroyable, qui veut toujours gagner à chaque match. C’est un personnage atypique qui est capable de râler comme un fou quand il prend un but à l’entraînement." L’ancien capitaine des Mauves a aussi conservé son tempérament de leader. "Il a cela en lui. Quand on a passé dix ans à Anderlecht, on est forcément un patron. Même si chez nous, il peut plus se concentrer sur son jeu, car la pression est bien moins forte."

Bruno Godeau: "Il ne nous a jamais déçus"

Il n’a jamais porté la vareuse d’Anderlecht chez les professionnels. Mais il y a passé une décennie durant sa formation et "c’était fabuleux", nous confiait-il il y a quelques mois. Après avoir fait ses débuts en Pro League à Zulte-Waregem, Bruno Godeau a passé un an à Westerlo avant de revenir au Essevee, où sa relation avec Francky Dury s’est détériorée au début de la saison dernière, bouchant son horizon au Stade Arc-en-ciel. En janvier dernier, il a été transféré à Ostende. Où il transite entre le banc et le terrain (six apparitions cette saison, dont une en Coupe). "C’est un bon gars, sur qui on peut toujours compter", précise Custovic. "Il a de gros concurrents à son poste, il le sait, mais il travaille joueurs comme un professionnel avec une énorme envie et du plaisir. Et les matches qu’il a joué, il est a bien joué. Il ne nous a jamais déçus quand on a fait appel à lui. Il reste concerné. Et j’insiste : sa mentalité est exemplaire."

Gohi Bi Cyriac: "Un Cyriac à 100 % est exceptionnel"

© Belga

Son passage en demi-teinte (76 matches, 11 buts) à Anderlecht a été marqué par de nombreuses blessures. Mais Gohi Bi Cyriac a prouvé, en début de saison dernière, qu’en pleine possession de ses moyens, il est un redoutable buteur. En concurrence avec Landry Dimata, il n’a pas encore retrouvé ce niveau cette saison. "Pour moi, un Cyriac à 100 % est un des meilleurs attaquants de Pro League", indique d’emblée Custovic. "Mais depuis le début de la saison, il n’a marqué que deux buts. C’est vrai qu’on en attendait plus. Lui aussi. Il est contrarié par des pépins physiques. C’est un joueur explosif, qui est capable de sauter 1m50 de haut (sic) et il a d’énormes qualités techniques. Mais il doit encore améliorer son endurance. Je pense que ses blessures sont dues en partie à un manque d’endurance. S’il parvient à augmenter son coffre, il redeviendra le buteur qu’on connaît tous. Ses pépins physiques disparaîtront et il retrouvera la confiance. Cela ne dépend que de lui."

Mathias Bossaerts: "Agressif dans le bon sens du terme"

Formé à Anderlecht, Mathias Bossaerts a quitté la maison mauve à 15 ans pour tenter l’aventure anglaise, à Manchester City. Mais chez les Citizens, le Belge n’a jamais passé le cap des U23, même s’il a eu l’opportunité de participer à plusieurs stages avec l’équipe première, entraînée à l’époque par Manuel Pellegrini. L’été dernier, le défenseur de 20 ans a choisi Ostende pour faire son retour en Belgique. Mais ses pépins physiques semblent avoir traversé la Manche avec lui. "Il a eu une grosse déchirure aux ischios en Angleterre et elle s’est un peu réveillée ces dernières semaines", indique Custovic. "C’est encore un très jeune joueur. Comme il venait de Manchester City, il s’attendait peut-être à ce que ce soit plus simple pour lui mais il se rend compte que ce n’est pas évident. Il a été bon lorsqu’il a joué (NdlR : il compte quatre titularisations en Pro League). Il est agressif dans le bon sens du terme et costaud au duel. C’est vrai qu’il fait encore parfois des petites erreurs de positionnement. Mais il a l’envie et la mentalité pour réussir."

Sébastien Siani: "Un des meilleurs à son poste en D1"

Anderlecht ne lui a jamais vraiment donné sa chance - il n’y a joué que 4 petits matches - puis il a pas mal bourlingué (il est passé par Zulte Waregem, l’Union, Saint-Trond ou encore le Brussels) avant de s’établir à Ostende, en 2013. Mais depuis qu’il est à la Côte, Sébastien Siani s’est révélé. Au fil des années, il a pris une importance considérable dans le milieu ostendais, au point de devenir capitaine du club. "C’est un leader, toujours professionnel et sur qui on peut toujours compter", avoue Custovic."Il a de la personnalité mais il est peut-être encore parfois un peu trop timide. Il fonctionne plus avec le geste que la parole. Je le dis souvent qu’il peut être encore un peu plus leader." Blessé au talon et affecté par la maladie de sa maman mi-octobre, il a loupé quelques rencontres mais est sur le retour. Si son absence n’a pas été préjudiciable pour les Côtiers, son entraîneur adjoint loue ses qualités. "À son poste, il est très précieux dans notre effectif ? Et selon moi, c’est est un des meilleurs médian défensifs de Pro League."

Fernando Canesin: "Sa confiance revient"

© Photos News

L’histoire de Fernando Canesin à Anderlecht est connue de tous. Arrivé en janvier 2010, il s’est fracturé le métatarse du pied dès son arrivée avant d’exploser sous Ariel Jacobs et d’être champion avec les Mauves. Mais l’arrivée de John Van den Brom, qui ne lui a jamais fait confiance, l’a poussé à partir. D’abord prêté à Ostende, il s’est rapidement intégré chez les Côtiers, avant d’être transféré définitivement en 2014. Si la saison dernière, il a été le meilleur joueur de son équipe, il connaît un peu plus de difficultés depuis le début de la saison, même si son excellent match face au Standard dimanche dernier laisse augurer un retour en forme. "Je n’ai que du positif à dire sur Fernando", précise d’emblée Custovic. "C’est un des rares Brésiliens à être si concentré à 100 % sur son travail. Il a connu un début de saison compliqué. Je pense qu’il n’avait pas encore totalement décompressé de la saison dernière et il a perdu un peu de sa confiance. Mais on connaît ses qualités. C’est un joueur majeur de notre effectif. Il a montré face au Standard qu’il retrouvait son niveau. On n’en a jamais douté."

Siebe Van Der Heyden: "Il a déjà beaucoup progressé"

Jeune défenseur d’à peine 18 ans capable aussi d’évoluer dans l’entrejeu (il préfère d’ailleurs ce poste), Siebe Van Der Heyden a quitté le Sporting d’Anderlecht cet été pour rejoindre Ostende. Son objectif avoué : atteindre l’équipe première. Un challenge qui lui semble plus réalisable à la Côte qu’à Saint-Guidon. Mais pour l’instant, il n’y est pas encore parvenu. "Il s’entraîne parfois avec les pros et parfois avec la réserve", confesse Adnan Custovic. "Il n’a pas encore joué chez nous. Je pense que le pas qu’il a voulu franchir entre la Youth League, qu’il a jouée l’an passé, et la D1 est un peu trop grand. Il a toutefois une bonne mentalité, même si c’est un garçon assez calme dans le vestiaire. Ses qualités ? Il a un bon pied gauche, une bonne vista, une taille intéressante et une bonne agressivité. Il doit encore améliorer ses contrôles et ses passes. On voit quand il joue avec les pros que cela va encore un peu vite pour lui. Mais il a déjà énormément progressé depuis son arrivée chez nous."