Division 1A

Aujourd'hui à Zulte-Waregemn, Jérémy Serwy a passé sept ans dans le centre de formation des Rouches

WAREGEM “Jouer à Sclessin dimanche, c’était un peu comme un retour à la maison. Je me sentais chez moi. Sportivement, c’est agréable de jouer au Standard : cela reste une équipe du top en Belgique et il y a une grosse ambiance à Sclessin.”

Avant de rejoindre Charleroi et d’y faire ses débuts en D1, Jérémy Serwy a passé sept ans (de ses 8 à ses 15 ans) dans le centre de formation des Rouches .

“C’est Christophe Dessy qui m’a viré du Standard. Je ne suis pas le seul à avoir fait les frais de sa façon de penser, qui n’était pas appréciée par bon nombre de jeunes. Il a aussi viré Chadli et d’autres. Au début, Dessy m’aimait bien. Mais cela a changé au cours de ma dernière saison. Un jour, j’ai fait une bêtise à l’école, sur laquelle je ne veux pas revenir, et il en a profité pour me mettre dehors. Il accordait énormément d’importance à l’école. Je regrette ma bêtise, une erreur de jeunesse sans gravité, mais je ne regrette pas d’être parti.”

C’est peut-être le Standard qui s’en est mordu les doigts par la suite.

“Le Standard a voulu me faire revenir plusieurs fois. Encore l’été dernier : je sais que quand M. D’Onofrio était encore là, mon dossier était sur son bureau. Si, un jour, l’opportunité se représente, pourquoi pas ? Je suis liégeois, ma famille et mes amis sont à Liège. Le Standard est un grand club, qui joue les premières places en championnat et qui est quasi chaque année en Coupe d’Europe.”

En attendant, le médian de 20 ans est désormais à Zulte Waregem.

“Il y a eu beaucoup de rumeurs, mais Zulte Waregem a fait la seule offre concrète. Un club espagnol était intéressé, mais s’est heurté à un refus catégorique du président de Charleroi. Il ne voulait pas me laisser partir. Fin de saison, j’étais allé le trouver pour lui demander pourquoi je n’avais pas joué davantage. Je lui avais dit que si des meilleurs choix avaient été faits, Charleroi ne serait pas descendu. Il m’avait dit qu’il allait me faire signer un nouveau contrat, mais je n’ai rien vu venir. J’ai décidé de partir, mais il s’y est opposé. Cela a été chaud durant quelques semaines, mais, finalement, Zulte Waregem a consenti un gros effort, par rapport à mon temps de jeu, et le président m’a lâché.”



© La Dernière Heure 2011