Standard Alexander Scholz met en avant le travail effectué par Ricardo Sa Pinto.

Lors de sa conférence de presse de présentation le mois dernier, Paul-José Mpoku avait fait part de son ressenti quant à l’atmosphère qui régnait à ce moment-là dans le vestiaire. "Je sens que le groupe doute encore et est en manque de confiance. On sent qu’il y a la peur de mal faire mais je suis persuadé qu’avec ce coach, cela va changer."

Des déclarations confirmées, un mois après, par Alexander Scholz.

"Polo avait raison en déclarant cela. On le savait, vous le saviez et pire, les adversaires savaient que nous étions faibles et vulnérables. Aujourd’hui, tout a changé et nous sommes plus forts en tant qu’équipe et cela est dû à l’apport de joueur comme Mpoku."

Aujourd’hui , le Standard semble enfin avoir retrouvé un collectif et ne plus être une somme d’individualités. "C’est en grande partie le mérite du coach", souligne Scholz. D’un point de vue personnel, le Danois semble bien plus épanoui qu’il ne l’était la saison dernière. "Je pense être le même. Mais je dois admettre que les récents changements et le nouvel état d’esprit dans le groupe m’ont fait du bien."