Standard Le gardien est complètement passé à côté de son sujet face à Bruges.

Lorsque Jelle Vossen est parvenu à reprendre un centre de Stefano Denswil entre Milos Kosanovic et Filip Mladenovic, personne ne pouvait imaginer que, quelques secondes plus tard, le speaker allait annoncer l’ouverture du score. Certes, la tête de l’attaquant brugeois avait le mérite d’être bien croisée mais elle n’était pas suffisamment puissante pour tromper Guillaume Hubert.

Le résumé de cette possibilité était censé se résumer à ces quelques lignes mais jamais le portier liégeois n’a semblé en mesure de dévier cette tentative. Comme s’il était cloué au sol, incapable de décoller pour s’emparer de cette balle. Il a eu le mérite de rendre silencieux tout un stade, quelque peu décontenancé par ce qui venait de se passer. "Le fautif, c’est moi. On ne va pas rejeter la faute sur un tel ou un tel, on garde ça pour le vestiaire. On va analyser en interne" , éludait Aleksandar Jankovic.

Traditionnellement, Guillaume Hubert se montre imperméable à la pression mais, là, il a douté durant les septante minutes suivantes. À un point tel qu’une simple passe en retrait semblait le stresser. Impuissant sur le coup franc de Ruud Vormer, il était, une nouvelle fois, pointé du doigt pour ne pas être sorti sur le long ballon qui a amené la dernière réalisation de Wesley. "Je comprends sa détresse. Le poste de gardien est un poste effrayant car, quand on commet une erreur, personne ne peut nous racheter. Je suis évidemment loin du rectangle adverse mais ce but m’a surpris, même si je reconnais le mérite de Vossen qui a eu la bonne idée de s’être trouvé au bon endroit au bon moment" , répondait Ludovic Butelle.

Le gardien a certainement vécu le match le plus difficile de sa jeune carrière. Après le coup de sifflet final, il est resté dans le rond central, quelque peu soutenu par plusieurs partenaires. "Nous sommes ensemble, cela peut arriver à tout le monde" , disait Eyong Enoh.

Ce discours s’est retrouvé dans chaque interview. Tous les joueurs du Standard ont évoqué "une erreur" , sans pour autant chercher à incriminer directement leur gardien. "On encaisse un but qu’on ne doit pas encaisser" , se contentait de déclarer Edmilson.

La pression sera un petit peu plus importante sur les épaules de Guillaume Hubert. Face à Dortmund, lors du stage hivernal, il avait gagné l’un ou l’autre duel face aux attaquants allemands mais avait boxé un ballon dans l’axe sur la dernière réalisation locale. Face à Lokeren, une mauvaise sortie aérienne était également à la base de l’égalisation. Bref, le jeune portier doit se montrer bien plus costaud lors des prochaines rencontres pour justifier son statut d’espoir du club et, surtout, ne pas sentir le souffle de Jean-François Gillet. "Est-ce que je commence à hésiter de son statut de titulaire ? Je n’hésite jamais. Quand je vois quelque chose, je fonce. C’est déjà ce qui s’est passé la première fois quand on a donné l’occasion à Hubert contre le Panathinaikos. Si l’entraîneur hésite, les joueurs aussi et ce n’est pas bon" , répondait le coach.

Réponse jeudi, à Eupen. Avec Guillaume Hubert entre les perches ?