Standard

LIÈGE Le premier but de sa carrière, Collins Fai s’en souviendra assurément longtemps. À Ostende la saison dernière, lors du match couperet pour l’accession aux PO1, le Camerounais s’était érigé en héros de tout un peuple en inscrivant le but de la victoire (2-3).

Samedi dernier, à Sclessin, le latéral droit n’a, cette fois-ci, pas inscrit le dernier mais bien le premier but de la partie pour, à l’arrivée, le même résultat qu’à Ostende. "Quand je marque, on gagne. Pourvu que cela dure", souriait le petit feu follet rouche avant de faire passer le collectif avant tout. "C’est vrai que ce sont des buts importants mais je suis avant tout content pour l’équipe qui a affiché une bonne mentalité."

Après avoir ouvert la marque, Fai a traversé tout le terrain pour se diriger vers le banc. "Je cours en direction du coach, des coaches. En semaine, ils nous disent, à nous les latéraux, qu’on doit se projeter le plus possible aux avant-postes, que cela finira par payer. Ce jour est venu samedi dernier."

Face à Saint-Trond, comme à Lokeren et contre le Cercle, Fai a retrouvé le flanc droit jusqu’à la blessure de Pocognoli en début de match. "Comme je l’ai déjà dit, j’évolue là où on a besoin de moi. J’ai cette polyvalence qui me permet de jouer des deux côtés."