Standard Le joueur a reçu sa carte d’identité après plus de trois années de batailles administratives.

Ce sont un peu plus de trois années de batailles administratives qui se sont bouclées, en ce début de semaine. Edmilson Junior, actuellement en vacances au Brésil, a enfin reçu un courrier lui annonçant que sa carte d’identité belge l’attendait à la maison communale. Un sacré soulagement pour le joueur, qui ne bénéficiait, jusqu’ici, que d’un passeport brésilien.

Théoriquement, il aurait dû recevoir ce précieux document à ses dix-huit ans mais, contrairement à son frère, l’administration n’a pas validé son dossier. Son entourage a décidé de prendre le problème à bras-le-corps, mais l’appel a été refusé quelques mois plus tard. Les règles pour la demande de nationalité étant de plus en plus drastiques, le joueur a été contraint de prendre son mal en patience. Un comble pour un garçon né sur le sol belge et qui n’a vécu que deux ans au Brésil, lors du transfert de son père en Grèce.

Ce retard a eu une incidence sur sa carrière car il lui était impossible de répondre favorablement aux convocations de l’équipe nationale. Il n’a pu disputer que quelques matches amicaux, alors qu’il figurait sans cesse dans les présélections. Désormais, il peut entrer en ligne de compte pour une convocation chez les Diables Rouges, même si la route vers ce niveau est encore longue…

Cette carte d’identité ne changera pas sa vie au niveau belge car il était, selon les règlements, déjà considéré comme un joueur belge grâce aux années passées au centre de formation du Standard. Par contre, il n’apparaît plus comme un élément extracommunautaire aux yeux des compétitions anglaise, italienne et espagnole. Si ces démarches administratives n’ont pas été accomplies dans cet objectif, c’est toujours bon à prendre…