Standard

Titulaire contre Charleroi, François Marquet a enchaîné avec la Coupe d’Europe mardi. Les deux fois, il s’en est sorti avec les honneurs.

"La Ligue des Champions, c’est le rêve. On va bosser pour y arriver. Ce 0-0 nous laisse un goût de trop peu. On avait les moyens de gagner. Mais au niveau du contenu, cela a été. Surtout en première mi-temps, quand on était frais. En deuxième, on était moins bien car on sortait d’un gros match contre Charleroi."

Malgré ce partage à domicile, le médian de 19 ans y croit.

"Bien sûr qu’on peut le faire. Notre pourcentage de chance ? J’ai envie de dire 100 %… mais bon, c’est là-bas. Je dirais 75 %, 80 %… On a eu les occasions. Eux aussi, c’est vrai. Il faudra être plus efficace là-bas."

Dans l’entrejeu, François Marquet a été associé à Laurent Ciman et non au jeune Tortol Lumanza comme cela avait été le cas lors du derby.

"Cela s’est plutôt bien passé avec Laurent. Il m’a apporté son expérience, ses conseils. Il restait plus derrière et je participais plus à la construction. Je suis plus un n°8. Ma prestation ? C’est au coach de juger. Mon avis ? Je suis satisfait mais je sais qu’il me reste beaucoup de travail."

Du travail , le jeune joueur issu de l’Académie en a fourni pour mériter sa chance.

"J’ai travaillé et j’ai été patient. Avant, mon corps n’était pas prêt. Je sais qu’il y a des absences dans l’entrejeu en ce moment, mais je saisis les occasions qu’on me donne. Et pour l’avenir, on verra bien les choix du coach" , conclut sobrement François Marquet.


Arslanagic: "On en rêve encore de cette épreuve"

Dino Arslanagic assure que le Standard se déplacera à Athènes pour… gagner

Dino Arslanagic se sentait partagé, à l’heure de la première analyse. Partagé entre un zeste de déception de ne pas avoir gagné et le réconfort de ne pas avoir perdu : "Notre première période, prometteuse en bien des points, aurait dû nous permettre de remporter la victoire et même peut-être de tuer le match. Toutefois, nous n’avons pas concédé un mauvais résultat car nous avons gardé le zéro derrière."

Le Standard a-t-il quelque peu perdu le fil après le repos ? "Je ne dirais pas cela. Nous avons simplement concédé plus d’espace au milieu du jeu. Nous avons continué de rivaliser avec le Panathinaikos car les actions ne cessaient de basculer d’un côté du terrain à l’autre."

Le Panathinaikos n’a pas encore repris son championnat. Avant le retour, il bénéficiera d’une semaine de préparation supplémentaire. Cela pourrait-il changer la donne ?

"Pas forcément. J’avoue même que j’ignorais que le Pana n’avait pas repris. Nous, nous allons bien gérer notre récupération et le match de samedi à Courtrai. Je vous asure que nous serons prêts pour le retour. La Champions League, tout joueur qui se respecte en rêve. Nous ne faisons pas exception à la règle. Nous irons à Athènes pour gagner".

Pour la seconde fois de rang, Dino Arslanagic a fai attelage avec Jorge Teixeira : "On doit encore affiner nos automatismes mais nous nous trouvons déjà bien sur la pelouse et dans le vestiaire. Jorge est un bon gars, très sympa. Plus généralement, je dirai que notre effectif est très soudé."