Standard

Le gardien a réalisé une parade importante en début de seconde période.

Depuis l’arrivée de Guillermo Ochoa, Jean-François Gillet doit se contenter du banc. Une situation peu évidente pour le gardien, qui a, tout de même, eu la possibilité de disputer sa première rencontre officielle de la saison, face à Heist. “Mais je ne sais pas encore si je jouerai tous les matches de Coupe de Belgique. J’ai appris mardi que j’allais jouer mercredi soir, voilà tout”, disait-il à l’issue de la rencontre. “Je ne vis pas bien ma situation sportive, je vous réponds sincèrement. Je ne m’y attendais pas. Le club et l’entraîneur font un choix et je dois le respecter car je suis un professionnel. Mais je ne le vis pas bien.”

Au tout début de l’été, le Liégeois pouvait compter sur l’intérêt de quelques formations mais il n’y avait pas donné suite car il pensait pouvoir conserver sa place entre les perches. “Guillermo Ochoa est arrivé le 15 juillet, c’était trop tard. C’était mort pour moi car les noyaux étaient déjà composés. J’aurais bien aimé continuer à jouer mais j’ai été pris à contre-pied”, poursuivait-il. “Je vous le répète : je continue à me comporter comme un professionnel. Je gratte tout ce que je peux gratter. Et j’ai fait l’intervention qu’il fallait faire à 2-0, en tout début de seconde période. Jouer, cela fait plaisir, surtout quand on n’encaisse pas de but. C’est bon pour la confiance et c’est le fruit de mon travail au quotidien.”

Finalement, il ne s’attendait peut-être pas à avoir autant de boulot face à une modeste formation de troisième division. “Heist était bien en place et, au vu de notre situation, il était important de ne pas encaisser en premier. Les deux premiers buts de la soirée ont été un peu marqués à l’arrache mais les deux autres ont été plus beaux”, terminait-il. “Nous sommes à six points de la sixième place en championnat, donc il n’y a plus de temps à perdre, d’autant que La Gantoise et Anderlecht vont certainement revenir dans le coup.”