Standard

Théoriquement, Pierre Locht, le responsable juridique du Standard, était censé se rendre ce mardi après-midi (14h) au siège de l'Union Belge. 

Le club et Paul-José Mpoku devaient comparaître devant la Commission des Litiges pour répondre de leur comportement après le match face à Bruges, lorsque le Congolais et plusieurs autres joueurs avaient couru en direction de l'arbitre, Alexandre Boucaut, pour contester ses décisions.

Mais le Parquet a été obligé d'annuler ses poursuites. Depuis deux semaines, le rapport du Parquet doit être signé par un procureur, comme cela avait été demandé par la Commission des Litiges d'Appel dans l'affaire Bruges (et le comportement raciste de certains supporters). Le dossier Mpoku-Standard est arrivé en plein dans cette période de transition et le Parquet n'a donc pas eu la fameuse signature du procureur, ce qui a rendu ses poursuites irrecevables.

Paul-José Mpoku est donc tranquille et pourra prendre part normalement au début des playoffs, ce qui n'aurait certainement pas été le cas si son dossier avait été traité normalement.