Standard La préparation physique a été particulièrement intense.

Aleksandar Jankovic avait prévenu : "Durant ce stage, nous allons travailler tactique et remettre une couche sur le plan physique." Et il a tenu parole.

Vers sept heures du matin, les réveils ont sonné à l’hôtel du Standard car trente minutes plus tard, c’est un jogging qui les attendait. Un petit peu plus d’une demi-heure de course pour réveiller les organismes et travailler le fond. Juste le temps de déjeuner, les 24 éléments disponibles ont ensuite gagné la pelouse d’entraînement, plongée au milieu des montagnes locales. Pas de chance pour eux, le soleil était, cette fois, nettement plus présent que la veille et rendait donc les efforts encore plus pénibles.

Durant 45 minutes, les joueurs de champ ont eu droit au fameux test de Léger, qui consiste à courir plus ou moins 40 mètres en 10 secondes. Un challenge loin d’être insurmontable sur papier, si ce n’est que cet effort a été répété à maintes reprises.

Certains Liégeois ont eu plus de difficultés à suivre le rythme. À commencer par Konstantinos Laifis. Le défenseur terminait en dernière position chaque course et s’écroulait sur la pelouse lors des très courtes pauses. "Lève-toi, ce sera plus simple de repartir", lui conseillait Orlando Sa.

Lors des dernières courses, Eric Deflandre est même venu l’aider en lui donnant un rythme à suivre, alors que plusieurs équipiers le motivaient à terminer dans les temps. "Si j’en vois un s’arrêter, on recommence cet après-midi", menaçait Aleksandar Jankovic.

Finalement, tous ont tenu le choc. A commencer par Orlando Sa et Filip Mladenovic, qui ont enchaîné les sprints sans le moindre problème.

Épargnés, les gardiens ont également eu droit à leur test physique. En fin de séance, Philippe Vande Walle les obligeait à plonger à dix reprises avant de grimper, en courant, une butte de pelouse à l’inclinaison assez importante. Le tout, cinq fois. "J’arrête ma carrière aujourd’hui", rigolait Jean-François Gillet, exténué mais qui ne perdait pas sa bonne humeur habituelle.