Standard

La conférence de presse organisée hier par le Standard avait surtout pour objectif de mettre en avant la ligne de conduite du club au niveau de la formation des jeunes.

"L’équipe première, c’est la pointe visible de l’iceberg. Derrière cela, il y a un travail à tous les étages pour faire grandir le club", explique Jean-François de Sart.

Le directeur sportif, qui souligne la qualité de la structure de l’encadrement et les bonnes relations entre les pros et les jeunes, illustre ses propos en évoquant les investissements consentis pour améliorer les infrastructures.

"Le revêtement du synthétique couvert était abîmé, nous sommes en train de le changer pour un revêtement dernière génération. Nous avons aussi converti en synthétique un des deux terrains de match. Cela permet d’avoir une surface d’entraînement supplémentaire."

Deux projets sont encore à l’étude : accroître la capacité de logement sur le site de l’Académie (le président Duchâtelet doit encore marquer son accord) et la conversion du plateau d’entraînement (qui fait 140m sur 140m) en synthétique, avec autour une piste d’athlétisme, utile pour les tests VMA notamment.

Jean-François de Sart, qui insiste sur l’accompagnement scolaire et social mis en place en marge de la formation footballistique, évoque aussi la cellule de recrutement des jeunes restructurée depuis juillet 2012 et l’arrivée de Pascal Croughs. Dernière nouveauté dans ce domaine : pour la première fois, le Standard va organiser une journée de détection en dehors de ses bases. En l’occurrence à Bruxelles le 29 octobre (voir ci-contre). Pour empiéter sur les plates-bandes d’Anderlecht ?

"Il y a quelques mois à la Pro League , le Standard a proposé un gentlemen agreement entre les clubs sur les transferts des jeunes. Deux clubs ont directement dit non, de manière très ferme. Aujourd’hui, c’est donc chacun pour soi."