Standard

Le Standard a pris les trois points face à Saint-Trond (3-2) grâce à un but tardif de Renaud Emond (93e minute). Après la rencontre, les Trudonnaires étaient remontés sur l'arbitre car ils estimaient que l'attaquant gaumais était en position de hors-jeu.

Directement après le but de la victoire, les joueurs de Saint-Trond se sont dirigés vers l'arbitre de la rencontre pour lui demander des explications. Selon eux, cela ne souffrait d'aucune contestation: Renaud Emond était bien en position de hors-jeu sur cette action décisive. Erik Lambrechts a tellement été sollicité qu'il en a oublié de mettre une carte jaune à l'attaquant gaumais, qui avait retiré son maillot après trouvé le chemin des filets. "C'est vrai que je m'attendais à ce que l'arbitre vienne vers moi pour m'avertir mais bon, tant mieux", souriait le héros de la soirée.

Pas de quoi tempérer la colère des Limbourgeois, qui s'estimaient floués. "Nous avons revu les images dans le vestiaire juste après le match et on a vu qu'il y avait bien un hors-jeu", explique Yohan Boli, l'auteur du deuxième but de Saint-Trond. "Sur le terrain, l'arbitre nous a dit que le but était bien valable. Franchement, je ne sais pas à quoi sert le VAR car sur ce coup, les arbitres se sont trompés. Et normalement, cela ne peut plus arriver avec la vidéo. Et puis, je ne comprends pas ces six minutes de temps additionnel, il y a vraiment eu des choses incompréhensibles."

© DR

Pourtant, ce temps additionnel pouvait facilement s'expliquer par la blessure de Roman Bezus, les nombreux changements et les deux minutes de pause suite à une première intervention du VAR pour une poussée de Jorge Teixeira sur Kostas Laifis dans le grand rectangle. "L'arbitre a été un peu influencé par les supporters durant toute la rencontre. Il a eu la pression pour siffler rapidement. On sait tous qu'au Standard, il y a beaucoup d'ambiance et cela peut influencer le corps arbitral. C'est comme ça, on s'y attendait. On a quand même montré nos qualités aux gens et on a prouvé qu'on savait jouer. On peut garder la tête haute", terminait Yohan Boli.


Yohan Boli est depuis revenu sur ses propos dans un tweet.