Standard Compositions, discours et hiérarchie dans le noyau posent questions.

Dans les couloirs de Sclessin, un mot suffit à résumer la nouvelle politique désirée par la direction : stabilité. Visiblement, ce terme a trouvé écho auprès d’Aleksandar Jankovic car, depuis de longues semaines, les résultats ont gagné en régularité. Mais pas celle souhaitée par la direction liégeoise, bien évidemment. Outre un bilan chiffré tout simplement catastrophique, ce sont les dernières décisions du technicien serbe qui posent questions. Composition d’équipe, hiérarchie des joueurs et discours ne semblent plus aussi pertinents qu’à ses débuts.

1 Trop de changements

Lorsqu’il était en poste, il était reproché à Yannick Ferrera de trop souvent changer son onze de base, au point d’envoyer un joueur du onze de base jusqu’en tribune en une petite semaine. Aleksandar Jankovic a poursuivi cette politique, comme il l’a encore prouvé lors du voyage au Lierse. Eyong Enoh n’avait plus disputé une seule minute de jeu depuis le 22 janvier dernier mais est subitement réapparu, renvoyant Ibrahima Cissé sur le banc des réservistes. Alexander Scholz, qui avait passé les deux derniers matches sur le banc, a également retrouvé sa place au cœur de la défense, alors que Renaud Emond n’a goûté qu’à deux titularisations avant d’être de nouveau expédié en dehors du noyau.

Aleksandar Jankovic a été incapable de trouver un vrai onze de base, bousculant trop souvent des certitudes qui commençaient à se dégager en défense ou dans la ligne médiane. Dans ces conditions, les joueurs ne peuvent pas trouver d’automatismes.

2 Hiérarchie bousculée

Ces changements récurrents impliquent un manque de visibilité flagrant sur la hiérarchie de l’équipe. À un point tel qu’il est, aujourd’hui, impossible de dire qui sont les titulaires aux postes de latéral gauche, médian défensif, milieu relayeur ou encore ailier droit.

À son arrivée, Filip Mladenovic était censé s’imposer sur l’aile gauche mais après quatre sorties peu convaincantes, il n’est plus apparu que chez les moins de vingt-et-un ans… pour retourner en équipe première lors d’un déplacement à Mouscron. Alors que, pendant le même temps, Corentin Fiore n’avait pas démérité, ce qui ne l’a pas empêché de perdre à nouveau cette place suite au retour de Darwin Andrade.

(...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.