Standard

L'annonce du départ de Ricardo Sa Pinto laissé insensibles les joueurs.

Paul-José Mpoku n'a jamais caché sa proximité avec le technicien portugais et a tenu à lui rendre hommage après le coup de sifflet final à Charleroi. « Vous savez, j'ai une photo de lui lorsqu'il était joueur du Standard dans mon GSM. On le voit serrer le poing et pour moi, cette image le résume bien et ce qu'il a amené au club : sa rage, sa grinta. Il ne nous a pas lâchés jusqu'à samedi, il était tout le temps derrière nous pour nous rappeler que ce n'était pas fini. Jusqu'au bout, il nous a poussés », dit-il. « On peut quand même lui tirer un coup de chapeau pour ce qu'il a amené. Il a ramené l'ADN du club et c'est peut-être le premier à le faire depuis le début de l'ère Venanzi. Il n'a laissé personne l'influencer et il a su rester fort dans sa tête. »

L'annonce de l'arrivée de Michel Preud'homme sera faite dans les prochains jours. « Il a réussi partout où il est passé », poursuit l'international congolais. « Je lui ai parlé quand j'avais quinze ans et depuis, je n'ai plus eu de contact avec lui. Il n'y a rien d'officiel pour le moment mais s'il vient, il fera du bon boulot. Nous sommes un bon groupe et il saura comment nous gérer. »


La réaction de Renaud Emond

"Je ne peux que le remercier pour ce qu'il a fait pour nous et pour moi. Il m'a accordé sa confiance et en 2018, je n'ai raté aucun match pour finalement terminer meilleur buteur du Standard. Il a su fédérer et avoir tout le monde derrière lui. On peut lui dire merci. Preud'homme ? C'est difficile d'en parler car il n'y a rien d'officiel mais tout le monde connaît cet entraîneur à succès qui ne peut inspirer que le respect."