Standard Des riverains avaient introduit une plainte contre les projets de parking du club.

On le sait, la direction du Standard déborde de projets pour moderniser les contours de Sclessin. Au détour d’un business meeting, Bruno Venanzi l’avait clairement annoncé : "Ces investissements n’empiéteront pas sur le budget sportif, bien au contraire. Le projet que nous comptons mener à bien est vu comme un ensemble cohérent."

Le club comptait, par exemple, construire une grande esplanade devant la T1 qui surplomberait un parking. Malheureusement, ce projet a déjà du plomb dans l’aile car il nécessitait la démolition de bâtiments situés entre les numéros 3 et 7 de la rue de la Centrale pour construire ce fameux parking. Mais certains habitants du quai Vercour et de la rue de la Centrale avaient introduit un recours devant le Conseil d’État, arguant que cette construction allait donner lieu à de graves nuisances.

Finalement, le Standard a averti, par courrier, le Conseil d’État qu’il renonçait "aux effets potentiels du permis d’urbanisme délivré le 2 décembre 2016 par le fonctionnaire délégué de Liège 1".

Cela signifie donc que, dans l’immédiat, ce nouveau parking ne pourra être construit. Cela représenterait un gros problème pour les supporters, qui n’ont d’autre choix que de garer leur voiture dans des endroits parfois peu opportuns tant les vraies places de parking manquent. Le Standard en est bien conscient et n’a visiblement pas abandonné son projet. Loin de là même car, dans ce même courrier, il précise entreprendre "des démarches pour obtenir d’autres autorisations concernant les mêmes parcelles pour un projet plus englobant".

La suite au prochain numéro, donc.