Standard Plus de trois mois après sa dernière apparition, Duje Cop a retrouvé Sclessin.

Sur le flanc durant trois longs mois suite à une blessure au pied qui a mis du temps à se résorber, Duje Cop est enfin opérationnel pour ce début d’année 2018 qui, il l’espère, sera celle de son éclosion. Pour la réception d’Eupen, Ricardo Sa Pinto décidait pourtant de se priver de ses services au coup d’envoi, préférant Renaud Emond.

En deuxième période, le croate, qui a tout de même coûté la bagatelle de 3 M €, a reçu un peu de temps de jeu, l’occasion de retrouver la pelouse de Sclessin qu’il n’avait plus foulée depuis le 15 octobre contre Courtrai.

"Je suis content d’être de retour", commente l’attaquant. "Je regardais les matches et je ne pouvais rien faire. Après trois semaines d’entraînement, je suis à nouveau prêt à débuter un match. J’ai besoin de rythme évidemment et cela viendra avec l’accumulation des matches. C’est au coach de décider ce qu’il veut faire avec moi."

Pour son retour à Sclessin, Duje Cop aura, au même titre que ses équipiers, stresser jusqu’au bout. "C’était un match totalement fou. On se devait de bien débuter l’année."

Malgré le scénario plus que délicat, Duje Cop n’a jamais perdu l’espoir. "Je n’ai pas eu peur car ils ont marqué sur nos erreurs mais je savais que nous étions meilleurs. Parfois, les buts ne viennent pas mais heureusement, Poco nous sauve en fin de match. Je suis content pour lui car il donne toujours tout sur le terrain. C’est une bonne motivation pour lui mais aussi pour le groupe. On a montré du caractère, on n’a rien lâché. Cette victoire va nous donner un surplus de motivation pour le reste du mois."

C’est donc aux côtés d’Orlando Sa que Cop a effectué son retour, dans un système qu’il affectionne davantage ? "C’est une question tactique pour le coach. Je suis prêt à jouer dans n’importe quel système."