Standard Ricardo Sa Pinto n’attend rien de moins qu’un second succès à domicile.

Moins d’une semaine après la défaite au goût amer à Saint-Trond, les Liégeois ont digéré ce qu’ils ont considéré comme une injustice dans le Limbourg. "Dès le lendemain, le match était oublié. Les joueurs savent ce qui nous a fait perdre le match. On a directement mis l’accent sur Zulte-Waregem", commente Ricardo Sa Pinto.

Le coach portugais a, comme à son habitude, bien analysé son adversaire du jour et semble en connaître les forces et faiblesses. "Zulte est une très bonne équipe qui dispute souvent les PO1. Ils ont failli créer la surprise à Anderlecht en Supercoupe et en ont planté cinq à Eupen. Nous allons affronter une équipe bien balancée avec des joueurs solides derrière, créatifs au milieu et rapides devant en contre. Comme Genk, ce sera un adversaire redoutable."

Mais le tacticien des Rouches n’attend qu’une chose ce vendredi : les trois points. "J’en ai besoin tout comme c’était le cas à Malines et à Saint-Trond. Ce bilan de quatre sur neuf ne reflète pas notre investissement. Nous méritions plus. Pour ce match, je veux voir la même ambition et la même volonté de gagner que lors des précédentes rencontres."

Pour l’emporter, les Liégeois devront impérativement soigner la finition. "On a mis l’accent sur la concrétisation durant la semaine qui a été très positive", enchaîne le coach avant d’insister, à nouveau, sur l’importance du rôle du douzième homme. "À domicile, on aura besoin de nos fervents supporters qui feront à nouveau de Sclessin un enfer. Contre Genk, c’est grâce à eux qu’on a renversé la vapeur. Dommage que nous ne puissions pas jouer chaque semaine à domicile (rires)."

Ricardo Sa Pinto commentait également l’association Agbo-Bokadi qui a fait débat durant la semaine. "Pour moi, ils sont complémentaires. Bokadi est un six tout comme Agbo mais ce dernier peut aussi jouer en tant que numéro huit. Pourquoi ne pas titulariser Marin ? À chaque fois qu’il est rentré, il a répondu à mes attentes et a été dangereux. Serait-ce le cas s’il débutait ? On ne sait pas le dire. Moi, je réfléchis énormément et je dois savoir quand et comment je peux utiliser au mieux les qualités de mes joueurs." Au poste de numéro 8, Ricardo Sa Pinto n’a pas de nombreuses solutions. "C’est vrai. Jonathan (Legear) pouvait y évoluer mais il est parti à Saint-Trond. On a besoin de garder davantage le ballon et de gérer le rythme du match tout en faisant mal à l’adversaire. Ce sont bien là des caractéristiques propres à Razvan Marin."