Standard C’est à l’occasion du déplacement à Saint-Trond en phase classique qu’Alexander Scholz avait été promu capitaine.

Il y a un peu moins de huit mois, Alexander Scholz était le premier Standardman à sortir du tunnel à Saint-Trond. Et pour cause, le Danois venait d’hériter du brassard de capitaine d’Adrien Trebel qui, en conflit avec la direction, allait rejoindre Anderlecht quelques jours plus tard.

Aujourd’hui, le défenseur central a été destitué de son statut de capitaine même si Ricardo Sa Pinto tenait à préciser : "Il est toujours capitaine. Il fait partie des trois capitaines potentiels (NdlR : avec Pocognoli et Mpoku)." Interrogé sur la perte de son brassard, le flegmatique Danois bottait en touche avec un large sourire. "Je suis toujours le même, avec ou sans brassard, précisait-il. Ne plus être capitaine ne change rien pour moi si ce n’est que je dois faire moins d’interviews (rires). Il n’y a rien de polémique à déclarer à ce sujet. C’est un changement que j’ai accepté il y a longtemps."

La saison dernière, le poids du brassard semblait être trop lourd pour le défenseur central dont les prestations ont été de moins bonnes factures au même titre que celles de l’équipe. "C’était surtout ça le problème : le fait que cela ne tournait plus pour nous. Mais aujourd’hui, cela a changé avec le nouveau coach. Déjà durant les premières semaines de préparation, on a senti une différence. Si je pense encore à la saison passée, je ne progresse pas."

Cette semaine, dans une interview accordée à Sport/Foot Magazine, Adrien Trebel n’a pas manqué d’égratigner son ancien club, précisant qu’à Anderlecht, les joueurs vont à la salle avant l’entraînement alors qu’au Standard, ils jouent aux cartes. "Ce que cela me fait ? Honnêtement rien. À quoi bon commenter les déclarations d’autres joueurs. Je ne l’ai jamais fait et je ne vais pas commencer avec celles d’Adrien. Cela ne m’intéresse pas."