Standard Ricardo Sa Pinto doit sacrifier Bokadi pour un vrai n° 8. Cela semble indispensable pour fluidifier le jeu liégeois.

Pour réussir, Ricardo Sa Pinto a compris que, dans un premier temps, les résultats allaient primer sur tout le reste. Cette loi, bien ancrée dans le football moderne, prend encore plus de sens en bord de Meuse, où personne ne veut louper les six premières places trois années de suite. Dans cette optique, le technicien portugais a décidé de blinder son secteur défensif en alignant deux tours de contrôle devant son axe central. Mais la solution a déjà montré ses limites au cours des trois premières journées de championnat et il semble désormais indispensable de changer de formule, avec la titularisation d’un vrai créatif aux côtés de Merveille Bokadi ou Uche Agbo.

1. La récupération de balle

Les deux hommes présentent l’avantage de récupérer un nombre important de ballons dans la ligne médiane. Leur physique de déménageur a de quoi effrayer n’importe quel artiste adverse. Dans ce domaine, Merveille Bokadi est plus efficace qu’Uche Agbo. Le médian congolais remporte, en moyenne, septante-quatre pour cent de ses duels défensifs, soit bien plus que son équipier nigérian qui culmine tout juste à un duel gagné sur deux.

La tendance est identique au niveau des duels offensifs mais elle s’inverse à l’addition des récupérations de balle (onze contre huit en faveur de l’ancien joueur de Grenade). Ils présentent donc des statistiques plus ou moins équivalentes pour un médian récupérateur.

2. La relance : un fameux déséquilibre

Uche Agbo et Merveille Bokadi pourraient continuer à cohabiter sans le moindre problème s’ils étaient capables de soigner un minimum leurs relances.

(...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.