Standard Le Standard a mal géré son match à Ostende, tant individuellement que collectivement.

Ces dernières semaines, on avait loué la sérénité qui habitait à nouveau le Standard depuis le changement d’entraîneur. Mais force est de constater que le calme affiché par Ivan Vukomanovic ne suffit pas. Dimanche à Ostende, les Rouches sont retombés dans leur travers en gérant mal les événements.

Quatre jaunes

Le Standard a écopé de quatre cartes jaunes. Pas énorme mais c’est tout de même un record depuis le changement d’entraîneur. Sans parler du fait que la jaune de Dino Arslanagic aurait dû être rouge

Deux penalties

Coulibaly et Ruiz ont certes bien joué le coup en cherchant le contact et en se laissant tomber rapidement dans le rectangle. Mais Thuram et Arslanagic ont pris des risques inutiles car, par deux fois, les Ostendais s’écartaient du but après avoir poussé leur ballon vers le point de corner…

Excès d’enthousiasme

C’était un refrain connu du temps de Guy Luzon : on voulait aller chercher les trois points, quitte à tout perdre. C’est ce qui s’est passé dimanche. Avec l’exclusion précoce de Jali, le Standard a pris des risques pour arracher la victoire. Du coup, malgré le fait de jouer à 11 contre 10, les Liégeois se sont souvent retrouvés… en infériorité numérique sur les contres ostendais. Chaque fois que les Côtiers avaient le ballon, c’était la panique dans la défense rouche.

Engueulades

Plusieurs fois pendant le match, on a vu des joueurs (De Camargo, Ciman…) avoir des discussions animées avec leurs coéquipiers parce qu’ils n’étaient pas satisfaits du déroulement du match. Cela dit, c’est le seul point de cette liste qui ne peut pas être considéré comme négatif : il vaut mieux que les leaders tentent de changer les choses en cours de match plutôt qu’une absence de réaction.