Zulte-Waregem Onür Kaya, en excellente forme, retrouve Charleroi ce samedi. Et il espère enfin battre "la bête noire" du Essevee.

"Je viens de sortir d’une heure de yoga, mais je ne suis pas le plus souple, comme tous les footballeurs…"

Onür Kaya a le sourire. Et blague d’entrée. Auteur d’une très excellente prestation sur la pelouse de Sclessin, vendredi, le médian de Zulte Waregem est en grande forme. "Je me sens bien, physiquement", admet-il. "J’ai 31 ans mais j’ai l’impression de ne jamais avoir été aussi fit . Je retrouve un peu le niveau physique qui était le mien lors de ma période à Charleroi (NdlR : 2010-2013). C’est sans doute dû au fait que j’ai eu une préparation complète. Alors que l’an dernier, j’avais été malade en avant-saison. Cela joue beaucoup."

Ce samedi, Kaya devra une nouvelle fois se montrer au sommet de son art. Car il le sait, le Essevee affronte "sa bête noire", le Sporting de Charleroi. "La dernière fois que Zulte a gagné au Mambourg, je jouais encore à Charleroi. Et moi, je n’ai jamais battu les Zèbres sous les couleurs de Zulte", précise-t-il. Tout en espérant conjurer le mauvais sort dès cette semaine.

Önur, vous avez été surpris de revenir de Sclessin en ayant gagné 0-4 ?

"Surpris, je ne dirais pas cela, mais il faut bien avouer qu’avant le match, on n’avait pas trop pensé réaliser un tel résultat. Qui, je le pense, n’est pas volé. J’ai vu que Sa Pinto n’avait pas le même avis. Je trouve que c’est un manque de respect pour nous. Enfin, il protège ses joueurs. Et lui-même…"

Vous avez l’intention de rééditer pareille performance à Charleroi ?

(...)