Division 1B

Avec son nouveau investisseur, l'Union veut retrouver son lustre d'antan.

Ce mardi, c’est un Jürgen Baatzsch tout sourire qui s’est présenté à la presse, soulagé d’avoir pu trouver un repreneur pour l’Union Saint-Gilloise en la personne de Tony Bloom, le propriétaire du club anglais de Brighton & Hove Albion. "C’est une très bonne nouvelle pour l’Union, pour Bruxelles, pour Saint-Gilles et même pour la D1B", a lancé Jürgen Baatzsch, qui reste au poste de président.

L’arrivée du fond d’investissement de Tony Bloom doit permettre à l’Union d’augmenter son pouvoir financier dans une D1B où les investisseurs étrangers et leurs millions ont pris le pouvoir. "Il n’était plus possible de survivre dans cette D1B de la sorte. Nous avions besoin d’un nouveau soutien", ajoute Jürgen Baatzsch. "L’arrivée de Tony Bloom va nous permettre d’augmenter le budget du club et donc d’attirer de nouveaux joueurs. Notre ambition sera de jouer le Top 4 cette saison et de viser la montée en D1A dans les trois ans."

Si Tony Bloom a annoncé qu’il ne voulait pas toucher à l’image d’un club mythique comme l’Union, il y aura énormément de changements sur le plan sportif. Un nouveau directeur sportif sera nommé ce mercredi et le nom du nouvel entraîneur sera dévoilé durant la semaine. "Nous allons recruter entre 20 et 25 joueurs. Des joueurs d’un très bon niveau pour un noyau que nous espérons avoir construit d’ici deux semaines", promet le président de l’Union.

Qui est Tony Bloom?

Tony Bloom, c’est le riche propriétaire du club anglais de Brighton.

Un bon joueur de poker véritablement amoureux de son club auquel il a permis d’accéder à la Premier League.

"Son grand-père était déjà dans le comité de direction de Brighton dans les années 70. Il a fréquenté l’université située à côté du stade et un jour, il a investi son propre argent pour construire un stade, avant de mettre en place une stratégie qui a permis au club de monter en Premier League . C’est un vrai fan de football, qui respectera l’histoire d’un club comme l’Union", confie Baatzsch.

20 à 25 nouveaux joueurs

Un nouveau directeur sportif sera présenté ce mercredi, le coach durant la semaine.

Si Tony Bloom a annoncé qu’il ne voulait pas toucher à l’image d’un club mythique comme l’Union, il y aura énormément de changements sur le plan sportif.

Un nouveau directeur sportif sera nommé ce mercredi et le nom du nouvel entraîneur sera dévoilé durant la semaine. "Je ne connais que les deux derniers candidats retenus, mais je ne sais pas encore qui sera l’entraîneur", sourit Jürgen Baatzsch. "Tout ce que je peux dire, c’est qu’il aura moins de 50 ans et parle français."

Le noyau va aussi subir un sérieux remaniement. "Nous allons recruter entre 20 et 25 joueurs. Des joueurs d’un très bon niveau pour un noyau que nous espérons avoir construit d’ici deux semaines", promet le président de l’Union.

Avec une philosophie de recrutement spéciale, mise en place par le boss de Brighton dans son club. "Il s’agit de la société Starlizard, qui produit des statistiques sur des joueurs et des équipes partout dans le monde. Des données qu’elle revend à des sociétés de paris et qu’utilise Tony Bloom pour son recrutement à Brighton. Cela permet de détecter des talents et joueurs intéressants, tout en ayant une estimation de son prix."

Une stratégie à l’origine du départ de Marc Grosjean, qui souhaitait avoir son mot à dire sur le recrutement.

Pour l’instant, tout ce que l’on sait, c’est que Brighton ne prêtera pas de joueurs, que Fixelles sera conservé, au contraire de Bertjens, Mombongo et Kabasele. Pour le reste, il y a de nombreux points d’interrogation à soulever. "On va avoir un noyau incroyable, qui va vous étonner. On n’attendra pas les soldes de juillet", prévient Baatzsch.