Division 1B À peine transféré à Lommel, El Banouhi retrouve déjà l’Union sur sa route

Moins de deux semaines après avoir quitté l’Union pour rejoindre Lommel, Soufiane El Banouhi (26 ans) va déjà affronter ses anciens coéquipiers pour les trois coups du championnat de D1B. Avec un état d’esprit revanchard ?

"Pas du tout", assure l’intéressé. "Je dois d’ailleurs remercier les nouveaux dirigeants de l’Union pour leur correction. Ils m’ont très vite fait savoir qu’ils ne comptaient pas sur moi, mais comme mes autres anciens coéquipiers ayant récemment quitté le club, j’ai pu effectuer la préparation sans être mis de côté. Dans le football moderne, c’est trop rare pour ne pas être souligné."

Il y a un an de cela , le défenseur bruxellois avait initialement signé pour trois saisons en faveur du matricule 10. "Je sortais d’une bonne campagne pour le compte d’OHL. Mais le discours empreint de grinta et les valeurs prônées par Marc Grosjean m’avaient convaincu d’opter pour l’Union."

La poisse s’en mêla toutefois rapidement et il ne parvint jamais par la suite à faire son trou. "C’est vrai. Je me suis d’abord blessé lors d’un contact avec un coéquipier dès le deuxième jour du stage estival en Allemagne. Le verdict : une fracture du péroné. À mon retour à l’entraînement mi-août, j’ai voulu forcer; mal m’en a pris ! Après une séance à peine, on constatait une déchirure à la cuisse."

Une longue revalidation attendait à nouveau le sympathique Bruxellois qui ne reçut du temps de jeu qu’en fin d’exercice, au moment où l’Union assurait tant bien que mal son maintien sportif en Proximus League, dans un contexte particulièrement ingrat.

"C’est cette campagne gâchée par les blessures qui a incité les nouveaux investisseurs à me pousser vers la porte de sortie. Mais je n’ai pas paniqué, même si je reconnais que la proposition de Lommel est tombée à point nommé."

Un club limbourgeois qui retrouve la D1B un an après l’avoir quittée et n’aura que le maintien pour seul et unique objectif. "J’ai été super bien accueilli et il y a des éléments de qualité dans le groupe, avec un coach jeune et enthousiaste, Tom Van Imschoot, qui connaît à fond ses joueurs et le club. Notre plus gros problème est l’étroitesse du noyau. Avec 16-17 joueurs de champ, c’est peu pour disputer toute une saison à cet échelon. Les dirigeants le savent et ne nous mettent pas une pression malsaine. Il y a deux ans, il n’avait d’ailleurs pas manqué grand-chose à leur équipe pour s’en sortir."

Union - Lommel, ce soir à 20h30