Division 2 Amateurs L’entraîneur des gardiens, suite à des divergences de vue avec le staff, a été prié de faire un pas de côté à Walhain.

C’est une page qui se tourne à Walhain. L’entraîneur Dany Dehan, qui avait des divergences de vue avec le staff en place, a été prié de faire un pas de côté et de rendre le tablier d’entraîneur des gardiens qu’il portait depuis une bonne dizaine d’années.

Toujours souriant et jamais le dernier à vous mettre une claque dans le dos pour savoir comment vous vous portez, Dany Dehan incarnait cet esprit walhain que certains regrettent aujourd’hui. Confident pour ses gardiens, dont l’indéboulonnable Charles Couchie, il entretenait également une relation particulière avec beaucoup de joueurs.

Mais le manque de combativité, ou de fierté c’est selon, affichée à son sens par le Wallonia 2017-2018 sur le terrain de Waremme fut pour lui la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. La porte claquée à la sortie du vestiaire hesbignon fut également celle lui indiquant la sortie.

"Je ne pars pas en étant en conflit avec un club qui représente beaucoup pour moi, insiste Dany Dehan, qui se sentait chez lui aux Boscailles, son domicile n’étant distant que de trois kilomètres du stade. Mais à partir du moment où le courant ne passe pas avec le staff en place, il était logique que cela éclate. Et dans ces cas-là, il est plus facile que l’entraîneur des gardiens s’en aille plutôt que de tout chambouler. Et je peux le comprendre. Je regrette juste que l’abcès n’ait pu être crevé avant, par manque de concertation, communication…"

Dany Dehan reste convaincu que le groupe actuel a des qualités pour vivre une fin de saison sereine. À condition d’y mettre plus de caractère. "Il y a sans doute moins de passion, de vibration dans ce groupe que par le passé. Sur le terrain en tout cas, reprend-il. Je peux comprendre que ce n’est pas facile. Ce sont pour beaucoup des nouveaux joueurs, qui découvrent Walhain et son environnement. Mais j’aime voir des gars qui transpirent pour leurs couleurs…"

Et de conclure, avec le sourire : "Je ne vais cependant pas me plaindre. J’ai eu la chance de toujours travailler avec de chouettes groupes de gardiens. Encore cette saison. Et de côtoyer des gars comme Couchie, Crimi ou Belin."