Division 2 Amateurs

Ex-attaquant de D1, le Carolo sévira au Château Vert lors des deux prochaines saisons.

Après avoir attiré Papassarantis, Mwemwe ou encore Diallo, Solières vient de nouveau de frapper un grand coup sur le marché des transferts de la D2 amateurs en s’offrant Giuseppe Rossini, actif à l’Olympic cette saison. Après avoir connu plusieurs cercles de D1 (Charleroi, Zulte, Malines, Courtrai) et les Pays-Bas. Son arrivée est désormais officielle.

Giuseppe, qu’est-ce qui vous a poussé à répondre favorablement à l’appel de Solières ?

« Il n’y a pas une raison particulière. J’étais en fin de contrat avec l’Olympic, qui voulait me garder, mais on a trouvé un accord avec les Mosans. »

Pourtant, l’Olympic, c’est plus proche de chez vous, non ?

« En effet, pour me rendre sur les hauteurs de Huy, j’aurais un peu plus que les cinq minutes qui séparent mon domicile du stade olympien. Ce n’est pas un problème, d’autant que je ferai la route avec Yannis (Papassarantis). »

Cela fait plus d’un mois que les contacts étaient noués. Un moment donné, a cas où Diallo ne viendrait finalement pas au Château Vert…

« Il y a effectivement plusieurs semaines que les premiers contacts ont été noués. C’est devenu plus concret et je suis heureux de rejoindre un club familial, où la pression n’est pas extrême. »

Clairement, il y a une différence de ‘standing’ entre les Dogues et le cercle liégeois, vieux d’à peine une dizaine d’années…

« En fait, avant janvier, cela a été très compliqué pour moi. Les supporters m’avaient pris en grippe et certains m’adressaient même des ‘casse-toi de chez nous.’ Mentalement, cette période a été compliquée. Je tiens tout de même à remercier ceux qui m’ont soutenu. Puis, ce climat s’est apaisé en 2017 puisque j’ai réalisé deux triplés. Mais je n’avais pas envie de prendre le risque de revivre ces moments délicats… »

Vous qui êtes assez physique et Diallo qui marque comme il respire, cela peut faire un beau duo d’attaque, non ?

« Je le connais pour avoir joué contre lui. Il aime les espaces, la profondeur et a un sens affûté du but. Avec moi qui aime décrocher et jouer en déviation, on peut vraiment constituer un duo d’attaque complémentaire. »

Mais aussi très attendu par les défenses adverses…

« C’est évident. Cela ne doit pas nous empêcher de réaliser quelque chose de bien lors de la prochaine saison. »

Vous connaissiez quelqu’un à Solières ?

« Non. Ni dans les joueurs, ni dans le comité. Mais tant le coach que son adjoint ont du vécu dans le milieu. Puis, à 30 ans, j’ai aussi envie de prendre du plaisir. »