Division 3 Amateurs B Après avoir été freiné dans sa progression, l’Aqualien explose enfin

En football, il y a parfois des parcours atypiques. Comme celui de Louis Jamar. "Je n’ai commencé le foot qu’à 13 ans car ma maman ne voulait pas des lessives sales du foot. (rires) J’ai donc joué au basket et quand elle est décédée, j’ai alors commencé."

Il s’ensuivit alors une formation assez particulière. "Après un an à Beaufays, je me suis vite fait remarquer et j’ai intégré le centre de formation de Cannes. Période durant laquelle j’ai passé un test à Monaco. Puis, je suis rentré en Belgique, direction Standard. Mais très peu de temps car ça ne collait pas. Je suis alors passé par Visé avant d’intégrer l’école des jeunes d’Eupen durant deux ans mais avec la politique des Qataris, je suis ensuite parti."

Pour débuter son parcours en équipe première qui fut, lui aussi, loin d’être conventionnel. "J’ai signé à Liège mais Bettagno ne me faisait pas beaucoup confiance, mais je peux dire que j’y ai été deux fois champions avec la P4 et en promotion. Ensuite, ce fut Verlaine. Là, sans savoir pourquoi, Marc Segatto me ferma très vite la porte de la première. Mais il y eut plusieurs blessés et j’ai reçu ma chance. Après quelques bons matchs et quelques buts, le président et Marc Segatto m’ont convaincu de prolonger, ce que j’ai fait. Malheureusement, la seconde saison fut du même acabit…"

Un point fut néanmoins positif en Hesbaye, son changement de position. "Le coach de la P3 à Verlaine, Alain Jeanfils, me demanda de dépanner un jour comme centre-avant, un poste que je n’ai plus quitté depuis lors. J’espère que ma réussite actuelle servira d’exemple pour des jeunes joueurs de P3 et P4 qui ont du talent. C’est une preuve qu’il ne faut jamais rien lâcher."

De l’abnégation mais aussi un talent indéniable qui ne laisse pas d’autres clubs indifférents… "Je sais que certains clubs m’ont déjà suivi cette saison (NdlR : principalement Sprimont et Durbuy) mais je préfère ne pas trop y penser pour l’instant. De toute façon, il n’y a pas eu de contacts concrets. Si au début de saison on m’avait parlé de franchir un cap, j’aurais dit non car ma situation me convenait. À présent, j’y réfléchirais…"