Iakovenko: "Je veux prouver que j’ai le niveau d’Anderlecht"

Christophe Franken Publié le - Mis à jour le

Anderlecht

Sacha Iakovenko a sauvé deux points contre Mons samedi soir au Parc Astrid

ANDERLECHT Quand Jarju a joliment égalisé avant l’heure de jeu puis que Wasilewski a raté un nouveau penalty dans la minute suivante (voir ci-contre), on s’est dit que Mons allait encore jouer un mauvais tour au Sporting après l’avoir privé de quatre points lors des deux confrontations de la saison passée. D’autant que les Bruxellois, sans doute avec une partie de l’esprit déjà sur l’île de Chypre, ne montraient pas grand-chose.

Entré discrètement au jeu à la place de Jovanovic, buteur en toute fin de première période sur un joli mouvement (entaché tout de même d’une légère position hors-jeu de De Sutter), Sacha Iakovenko allait tout de même offrir un troisième succès consécutif en championnat à son entraîneur. D’un coup de tête décroisé et pas très académique, l’Ukrainien trompait l’excellent Werner à vingt minutes du terme. “C’est un sentiment génial d’offrir les trois points à mon équipe, en plus de la tête, un de mes points faibles” , souriait celui qui n’avait plus marqué pour le Sporting en championnat depuis… le 26 septembre 2008, lors d’une défaite au Standard.

Il faut dire que le gaucher de 25 ans avait rarement reçu sa chance depuis lors avec des locations successives à Westerlo et à Louvain. Cette saison, les nombreux clubs belges et néerlandais intéressés par le prêt de Iakovenko ont déchanté : John van den Brom ne veut pas perdre son Ukrainien. “Même s’il est très courtisé, il est hors de question qu’il s’en aille , dit-il. Dès mon premier jour à Anderlecht, il m’a convaincu de ses qualités. C’est le remplaçant idéal de Jovanovic. Avec les nombreux matches qu’il nous reste à disputer, il est évident que Sacha aura encore du temps de jeu.”

Déjà bien entré au jeu à Courtrai lors de la première journée où il n’était pas étranger à l’égalisation dans les dernières minutes, Iakovenko rayonne. “C’est vraiment important pour moi de sentir la confiance de l’entraîneur. Grâce à cela, je crois en mes possibilités et je retrouve le plaisir à l’entraînement.”

Sans jamais citer son nom, ce fils d’un ancien international soviétique lance une belle pique à Ariël Jacobs. “Avec lui, j’avais un peu perdu de ma motivation. Je pouvais très bien m’entraîner ou très mal, cela ne changeait rien : je n’étais pas dans l’équipe. Mais bon, je n’ai pas envie de parler de lui.”

Sacha Iakovenko veut rattraper le temps perdu, lui qui entame sa dernière année de contrat à Anderlecht. “Je veux prouver que j’ai le niveau pour réussir ici” , clame-t-il dans un néerlandais plus que correct. “Je n’ai encore rien entendu de la part de la direction, mais je crois qu’il est bien trop tôt.”

Dans les hautes sphères du club, ils sont actuellement peu à vraiment croire au talent de l’Ukrainien, mais ce dernier peut compter sur le soutien de supporters mauves qui ont scandé son nom samedi. “Ce sont les meilleurs. Je ne les oublierai jamais.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner