Safari: "Le psy de Federer m’a aidé"

Christophe Franken Publié le - Mis à jour le

Anderlecht

C’est l’étonnante révélation faite par Behrang Safari (ex-FC Bâle) hier

ANDERLECHT Rentré en Belgique lundi après un Euro avec la Suède et un peu moins de trois semaines de vacances, Behrang Safari semble déjà en forme à l’entraînement. Il suit le rythme des séances de John van den Brom sans tirer la langue. “Je ne pourrais quand même pas encore jouer de match pour le moment” , tempère-t-il. “Mais je pense que je serai prêt pour la Supercoupe le 22.”

Si les jambes de l’arrière gauche suédois sont si rapidement en forme, c’est aussi parce que l’homme est bien dans sa tête. Hier, il a révélé un vieux secret aux journalistes présents à l’entraînement ouvert au public. “Je suis suivi par un psychologue depuis 2009. Il s’occupe aussi de Roger Federer.”

Quel est le rapport entre Safari et le numéro un mondial de tennis ? Le FC Bâle, l’ancien club du back gauche dont Federer a toujours été un ardent supporter. “Je l’ai même déjà rencontré. Il venait parfois boire une bière avec nous dans la salle des joueurs. Un mec super sympa.”

C’est là que le Suisse a expliqué à certains footballeurs qu’il devait une partie de sa carrière à Chris Marcolli, un psychologue. “Quand il était jeune, Federer perdait ses moyens dès qu’il galvaudait deux ou trois points. Il a alors travaillé avec ce coach mental et voyez le résultat” , sourit l’Anderlechtois.

Après une première année très compliquée à Bâle, Behrang Safari a alors décidé de rencontrer le psy . “J’ai été refroidi en voyant les tarifs qu’il réclamait, mais ma femme m’a encouragé. Comme d’habitude, elle avait raison. Je sais que ce n’est pas très répandu dans le foot, mais cela m’a beaucoup aidé. Pour cela, il faut prendre conscience de ce besoin. Il ne faut pas y aller en se sentant obligé, d’autant que c’est un processus assez long.”

Aujourd’hui encore, Chris Marcolli soutient le Suédois. “Je peux lui téléphoner quand je veux. J’en ai moins besoin car j’ai appris à me gérer tout seul grâce à lui. Il m’a donné des exercices à faire seul chez moi. Lesquels ? Je préfère ne pas les dévoiler, c’est quelque chose d’assez personnel.”

À Anderlecht, peu de personnes connaissaient cet aspect du joueur. “J’ai prévenu les dirigeants quand j’ai signé mon contrat ici mais rien de plus. Si cela intéresse certains de mes équipiers, je les aiderai avec plaisir, mais il faut vraiment en ressentir le besoin. En tout cas, cela peut aider à progresser, peu importe l’âge.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner