Schollen: “Dans mon nouveau club, il faut que je joue”

Interview > Yves Taildeman Publié le - Mis à jour le

Anderlecht

A 34 ans, la doublure de Silvio Proto recevra son match d’adieu contre le Standard dimanche

ANDERLECHT De tout le noyau A, seuls deux joueurs doivent quitter le club : les gardiens Davy Schollen (34 ans) et Michael Cordier (28 ans). Ils seront remplacés par Thomas Kaminski et le jeune Davy Roef. Après Cordier à Courtrai, c’est au tour de Schollen d’avoir son cadeau d’adieu face au Standard.

Heureux de pouvoir jouer une dernière fois, Davy ?

“Bien sûr. J’ai eu la malchance que l’aventure en Coupe de Belgique n’ait pas duré longtemps, vu l’élimination contre Rupel-Boom. Qui plus est, Silvio ne s’est presque jamais blessé ces deux dernières saisons. Je suis prêt. Les entraînements à Anderlecht sont si intensifs, qu’on garde la forme, même sans jouer de matches.”

Avez-vous été déçu par la décision du club de ne pas prolonger votre contrat ?

“Le club m’a expliqué qu’il opte pour la jeunesse. Je le comprends. J’ai connu six belles saisons à Anderlecht. Je n’ai aucun regret.”

Quel est votre plus beau souvenir ?

“Mon match au Bayern Munich (1-2), et ma demi-finale en Coupe de Belgique face au Germinal Beerschot (1-0). Plus tous mes titres. Même si je n’ai pas souvent joué, je faisais partie du groupe.”

Était-ce facile d’accepter d’être la doublure de Proto ?

“Parfois, ce n’était pas facile d’être le numéro 2. J’ai connu des périodes difficiles, mais je n’ai jamais baissé les bras. J’aime trop mon métier pour cela. Je crois que même en jouant peu, je suis devenu un meilleur gardien qu’avant ces six ans.”

OHL et Malines seraient intéressés.

“Ce sont les clubs qui perdent leur gardien. Kaminski vient à Anderlecht et Renard irait au Standard. Il y a de l’intérêt, mais il faut qu’il soit concret. Je n’exclus même pas une aventure à l’étranger.”

Et la D2 ? Saint-Trond, par exemple ?

“Je suis ouvert à toute proposition. Du moment que je joue. J’en ai marre du banc. (Rires)”

Anderlecht va-t-il vous manquer ?

“Après six ans, c’est normal. Surtout les déplacements européens, je crois. Mais d’un autre côté, il me fallait un nouveau défi.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner