Un inconnu s'incruste sur la photo du champion

Yves Taildeman Publié le - Mis à jour le

Anderlecht

Il s’appelle Bob N’Shuti Wade, et est un ami de Canesin et de Kouyate

ANDERLECHT Anderlecht avait-il acheté un nouveau joueur dans le plus grand secret ? Ou s’agissait-il d’un élément de l’équipe Espoir qui venait fêter avec l’équipe A ?

Personne ne reconnaissait cet homme africain qui posait avec les autres joueurs pour la photo des champions. Pourtant, il portait un tee-shirt “We are Anderlecht, We are champions” et avait une bouteille de champagne en main.

Le mystère est résolu. Il s’agit de Bob N’Shuti Wade (21 ans), un ami de Kouyate et de Canesin. “Mais je connais aussi d’autres joueurs, comme Mbokani, Patou, Mbenza, Kanu, Verboom” , explique Bob. “J’ai suivi le match contre Bruges avec la famille de Dieu et de Patou. Quand ils sont montés sur le terrain, j’ai suivi. Et puisqu’on ne distingue pas des Africains, on m’a laissé passer .” (rires)

C’est là que la fête de Bob a commencé. “On m’a poussé un maillot et une bouteille de champagne dans les mains. Dans l’euphorie, j’ai suivi les autres. Et pendant que j’étais occupé avec mon portable, cette photo a été prise. Le comble de cette histoire est que je ne suis même pas fan d’Anderlecht !”

Bob, qui a la nationalité néerlandaise via son adoption mais qui a des origines surinamaises et sénégalaises (du côté de son papa) et congolaises et rwandaises (du côté de sa maman), s’explique. “Je ne viens pas tous les week-ends à Anderlecht. Chelsea, c’est mon club préféré. Anelka et Balotelli, ce sont mes idoles. Pourtant, j’ai passé un test à Anderlecht quand j’avais 15 ou 16 ans. J’étais un bon centre-avant, mais j’ai fait le con, et ils ne m’ont pas gardé. À Charleroi, j’ai également passé un test, mais je n’ai pas saisi ma chance. Je ne joue plus au foot, maintenant.”

Son maillot d’A nderlecht Champion , il ne l’a pas gardé. “À un certain moment, un des joueurs me l’a demandé, et il l’a jeté dans le public. Pas grave. Ne croyez pas que ce jour est inoubliable pour moi. Ce n’est pas un rêve qui est devenu réalité. Ce n’était pas le Barça ou le Real. Mais une chose est sûre : j’ai fait beaucoup de jaloux.”

Même s’il n’est pas fan, il a suivi les joueurs pendant le reste de la soirée. “D’abord au restaurant Pantalone, où Biglia et Suarez se sont bien marrés avec moi. Puis au Carré. C’est si spécial que cela ?”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner