Les Zèbres ont fait le plein de confiance !

Jean-François Prévost Publié le - Mis à jour le

Charleroi

Ils ne sont plus les seuls à ne pas douter de leurs possibilités

CHARLEROI Nous l’avons souligné. À un mois près, cela faisait donc trois ans que Charleroi ne s’était plus imposé en déplacement dans le cadre du championnat de D1.

En nombre de matches, ce laps de temps représente trente-deux sorties sans victoire que l’on peut détailler comme suit : onze dans la phase classique de la saison 2009-2010 et trois dans les playoffs 2. Quinze (c’est-à-dire la totalité !) lors de la même phase classique du championnat 2010-2011 et deux dans les playoffs 3. Enfin, il faut évidemment ajouter le match d’ouverture (à Malines) de l’exercice actuel.

Voilà assurément un résultat qui tombe à pic, mais il est vrai que le match avait été minutieusement préparé. Comme le rappelle Danijel Milicevic : “Tout au long de la semaine précédente, nous avons mis une stratégie au point. Et elle a fonctionné à la perfection. En outre, nous avons pris conscience de nos possibilités au repos du match. Nous savions que nos adversaires n’allaient pas pouvoir exercer une pression soutenue durant nonante minutes.”

Ce qui s’est effectivement vérifié puisque sous l’effet de l’apport offensif d’Hervé Kage, les Zèbres ont pu placer des répliques déterminantes.

Désormais, les gens du Mambourg se découvrent un horizon : “Nous voilà débarrassés d’un poids énorme. En plus, nous venons d’accomplir un grand pas en avant”, insiste le médian suisse.

En tout cas, les Carolos (mais les Standardmen ont fait de même !) ne pouvaient mieux entamer le préparation du prochain derby wallon de dimanche : “Nous n’avons jamais douté de nos possibilités mais désormais, nous avons démontré de quoi nous étions capables, relève Elvedin Dzinic. Mais il est clair que nous avons nourri notre confiance. Nous avons provoqué le déclic tant attendu.”

Charleroi a frappé un grand coup dans les esprits alors qu’on l’avait, pour ainsi dire, enterré anticipativement.

Et ses joueurs se sentent visiblement prêts à poursuivre le combat. Abraham Kumedor prévient : “J’aime beaucoup les batailles !”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner