Veselinovic: "Anderlecht aura un meilleur Dalibor"

Interview > Yves Taildeman Publié le - Mis à jour le

Courtrai

Veselinovic (10 buts) ne jouera pas dimanche, mais a grandi à Courtrai

COURTRAI Contrairement à Pablo Chavarria, Dalibor Veselinovic ne pourra pas affronter son employeur lors de la première journée des playoffs. Anderlecht veut éviter que ses joueurs prêtés ne le tuent dans les confrontations directes. Dans le cas de son Serbe, la crainte est justifiée : il est le joueur prêté qui réussit le mieux.

Tout d’abord : êtes-vous frustré de devoir passer le match dans les tribunes ?

“Non, j’ai pris l’habitude : c’est la troisième fois cette saison. J’avoue que c’est un sentiment bizarre de voir deux de vos équipes s’affronter. Je suis le plus grand supporter d’Anderlecht pour le titre, mais je veux que Courtrai décroche la 4e place.”

Avez-vous joué contre les concurrents d’Anderlecht en voulant aider votre employeur ?

“Évidemment. J’ai marqué contre le Standard, Genk et Gand, et j’ai réalisé un bon match contre le Club Bruges (2-1). Je veux jouer la Ligue des Champions avec Anderlecht la saison prochaine.”

Donc, vous rentrez au Parc Astrid ?

“C’est ce que Herman Van Holsbeeck a fait comprendre à mon agent. Ils sont contents de la progression que j’ai faite. À juste titre. Je suis devenu un meilleur joueur à Courtrai. Je me suis surtout habitué à la D1. Je ne suis pas arrivé avec la grosse tête à Courtrai en disant : Je suis d’Anderlecht, je dois jouer.”

Vous avez marqué dix buts.

“Mon objectif, en début de saison, était d’atteindre un nombre de but composé de deux chiffres. C’est fait. Mais dans les huit derniers matches, je veux encore augmenter mon capital buts.”

À Anderlecht, vous aviez atteint un très haut niveau contre Genk, mais vous étiez irrégulier.

“Correct. À Gand, pendant les playoffs, j’avais bien joué, mais j’avais raté quelques occasions. Les critiques m’étaient tombées dessus, et je me suis mis à douter. C’est mortel au Sporting.”

Vous n’étiez pas heureux d’être prêté en début de saison.

“Je voulais rester, c’est vrai. J’estimais que six mois d’adaptation n’avaient pas suffi pour m’évaluer. J’avais une petite blessure, et à cause des bruits dans les journaux comme quoi je serais prêté, je ne savais pas me donner à 100 % pendant la préparation. Mais quand Mbokani est arrivé, j’ai fait le meilleur choix possible : aller vers un superbe club comme Cortrai.”

Mbokani pourrait encore être là, la saison prochaine.

“Anderlecht n’a pas besoin d’un attaquant mais de deux. La saison est longue. Contre l’AZ, par exemple, il n’y avait pas de centre-avant sur le banc.”

Acceptez-vous le banc ?

“Pas de problème si je débute la saison sur le banc. Je comprendrais que Mbokani soit avantagé. Mais je ne veux pas non plus me retrouver dans la situation de De Sutter. Je suis ambitieux, je veux jouer, je vais me donner à fond. J’espère que Jovanovic sera encore là. Il m’a déjà dit que ce serait bien qu’on joue ensemble. Deux Serbes, ça doit donner des étincelles...”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner