Refaelov: "enfin contre Anderlecht!"

Michel Dubois Publié le - Mis à jour le

F.C. Bruges

Lior Refaelov va défier le Sporting pour la première fois de sa carrière

BRUGES “You in, You out !”

Soulignée par un mouvement du bras expressif, l’injonction a claqué impérieuse, martiale.

Exaspéré par l’atermoiement de Lior Refaelov, qui ne se décidait pas à quitter le jeu, peu avant la demi-heure de la confrontation régionale Club Bruges – La Gantoise alors qu’une douleur à l’ischio l’empêchait de courir encore, Christoph Daum a renvoyé l’Israélien au vestiaire et fait monter Bacca.

Une semaine plus tard, Lior Refaelov allait manquer la réception d’Anderlecht, cette confrontation au sommet qui aurait pu faire basculer la lutte pour le titre. On ne saura donc jamais si, Refaelov présent, le résultat de ce duel eût été différent.

“Savez-vous que je n’ai pas défié Anderlecht une seule fois cette saison ? fait observer l’Israélien. Alors, ce dimanche, je veux absolument en être !”

À l’instar de bon nombre de ses collègues, Lior Refaelov n’est pas un adepte des playoffs à la belge : “Peu de championnats s’étalent sur quarante journées. L’important, pour les mener à bien, consiste, pour l’entraîneur, à disposer d’un effectif suffisamment étoffé et à bien doser la rotation des titulaires. Pour les joueurs, il convient de bien manger, de bien se soigner et de bien se reposer, surtout quand le laps de temps entre les matches est ténu”.

En accord avec ses équipiers, Lior Refaelov a entériné la perte du titre : “J’y ai cru, vraiment, quand nous sommes revenus à une unité de la première place. Mais nos deux défaites d’affilée, contre Anderlecht et à La Gantoise, nous ont fait mal. Non, je n’ai pas disputé ces deux matches. Mais ne me faites pas dire ce que je ne pense pas : une équipe comme la nôtre n’est pas dépendante d’un seul joueur : notre noyau est suffisamment riche pour pallier l’absence de l’un ou l’autre titulaire.”

Résignés à subir la suprématie du futur champion, les Brugeois sont résolus à s’arc-bouter sur cette deuxième place qu’ils ne veulent absolument pas céder : “Ce sera dur. Je crains que la décision ne tombe qu’à l’ultime minute du dernier match. Nous devons absolument arracher le partage à Anderlecht. C’est possible. La seule chose positive est qu’on peut cesser de raisonner par supputations. Ce n’est bon ni pour les joueurs, ni pour l’équipe”.

Le championnat terminé, Lior Refaelov jouera encore : “Avec Israël. Il est important de se faire bien voir du nouveau coach. Ensuite, j’épouserai ma compagne. Les vacances seront courtes même si, avec son accord, nous allons différer le voyage de noces…”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner