Vers un nouveau cycle à Genk

V. Lo. Publié le - Mis à jour le

Genk

David Hubert et ses équipiers viseront cette année encore le Top 3

GENK Il y a un an, à pareille époque, Genk alimentait la chronique. Thibaut Courtois venait de signer à Chelsea, quelques semaines avant le départ impromptu de Vercauteren, en attendant Ogunjimi. Douze mois plus tard, Tözser, Vanden Borre ou De Bruyne s’en sont encore allés entre-temps.

Pourtant, une fois la rançon payée à la gloire du titre de 2011 (non sans avoir renfloué les caisses), le Racing a retrouvé une certaine sérénité. Histoire d’entamer un nouveau cycle.

“La saison dernière, nous voulions atteindre les playoffs en se disant qu’on verrait bien ensuite” , rappelle David Hubert, un des rescapés du sacre de 2011, qui en termine avec ses petits pépins physiques même s’il ne sera pas encore prêt pour la visite du Cercle dimanche.

“Cette fois, les dirigeants visent clairement le Top 3. Avec un titre et une 3e place en deux ans, Genk a démontré qu’il s’installait dans les clubs du top en Belgique. Certains joueurs nous ont quittés, mais d’autres de talent nous ont rejoints et le club pourrait encore en faire venir ou l’autre. Par contre, il ne devrait plus y avoir de départs marquants, même si, dans le football, on ne sait jamais.”

Parmi les nouvelles têtes, celle de Julien Gorius devra être bien pleine pour remplacer un joueur comme Kevin De Bruyne. “Tout le monde connaît les qualités de Kevin, mais Genk ne se résumait à lui” , poursuit David Hubert. “Avec Gorius ou Joseph-Monrose, les dirigeants ont trouvé des joueurs qui ne sont pas forcément des remplaçants poste pour poste. Il ne faut pas comparer Gorius à De Bruyne. Julien n’a plus rien à prouver. Il a déjà suffisamment montré ses qualités en inscrivant une quinzaine de buts chaque année avec Malines tout en délivrant un paquet d’assists.”

La saison dernière, l’accession aux poules de la Ligue des Champions avait coûté pas mal d’énergie. “C’est vrai que la préparation avait été axée sur cette qualification. Cette fois, nous avons pu nous préparer un peu plus dans le calme. Cela vaut mieux, car nous aurons quand même encore neuf matches en un mois pour commencer. Nous ne pourrons donc pas nous permettre de nous louper.”

Mario Been voulait davantage de concurrence dans le groupe. Sa direction semble l’avoir écouté.

“On a pu se rendre compte la saison dernière avec une série de blessés et les échéances de la Ligue des Champions qu’un noyau de 24 joueurs était un peu juste. Plusieurs jeunes ont encore été intégrés dans le noyau comme Trossard ou Schrijvers. Il faut leur donner le temps, mais ils auront l’occasion de montrer le bout de leur nez, comme l’ont fait Limbombe, Croux ou Ayub la saison dernière. Ce dernier pourrait d’ailleurs très bien constituer une des révélations cette année.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner