Coulibaly rêve du Standard

Thibaut Roland Publié le - Mis à jour le

La Gantoise

Homme du match samedi, l’attaquant gantois reste poussé vers la sortie

GAND À ceux qui voulaient samedi lui coller l’étiquette d’homme du match, Elimane Coulibaly renvoyait tranquillement le sourire élargi des joueurs qui savent que la roue de la fortune finit tôt ou tard par tourner. “L’homme du match, c’est l’équipe aujourd’hui. Moi cela fait quatre matches que je joue et que j’espère chaque semaine pouvoir rempiler.”

Car l’attaquant gantois a aussi connu les salles d’attente, le banc, les tribunes et les broncas des supporters gantois que l’on vit encore samedi soir hésiter entre les chants à son nom et les coups de sifflet. “Mais ce n’est pas une revanche. Cela fait longtemps que j’ai passé ce stade-là et que je ne m’inquiète pas de ce qu’on dit ou de ce qu’on écrit sur moi. Je sais que chaque fois qu’il se passe un truc avec Coulibaly, j’ai droit à un traitement particulier. C’est pour ça que je ne m’attendais pas à ce que l’arbitre siffle un penalty sur moi.”

Reste qu’à l’approche d’un été au cours duquel l’ancien Courtraisien pourrait bien plier bagage et quitter ses quartiers gantois, son retour au plus haut niveau pourrait taper dans l’œil de quelques clubs éclairés. Et puisque le président De Witte lui avait cette semaine, par presse interposée, accordé un bon de sortie (“C’est le seul joueur qui pourrait nous quitter avec Yassin El Ghanassy”), Coulibaly ne pouvait pas passer à côté du dossier Standard, un club où il avait manqué d’atterrir par le passé. “Je ne vais pas vous cacher que c’est un club que j’aime bien. J’aime bien jouer contre eux mais j’aimerais bien jouer avec eux. Vous savez, j’ai plein de potes dans cette équipe. Van Damme, Goreux, Mujangi Bia, Belhocine : cela fait une flopée d’amis. Je m’entends même bien avec le back gauche. Comment s’appelle-t-il déjà ? Ah oui, Pocognoli. Bon, on ne fera peut-être pas Noël ensemble mais il m’est franchement sympathique.”

Et tant pis si quelques contacts rugueux et secs l’avaient samedi soir emmené au tapis avec Felipe. “Il est dur mais c’est un joueur correct. Le seul que je n’aime pas, c’est Kanu.”

Qui sait si, cet été, à l’aéroport de Liège, ces deux joueurs ne pourraient pas se croiser...



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner