Renard : “On n’évoluera pas avec le couteau sous la gorge”

E. T. Publié le - Mis à jour le

Malines

“Moi aussi, verbalement, j’aurais réagi aussi violemment que Christian Benteke”

Tackle On Web

Suivez Malines-Standard en direct dès 20h15

MALINES “Dès avant son arrivée, nous étions heureux de voir débarquer un joueur comme Christian Benteke” , assure Olivier Renard en parlant de Christian Benteke, son nouveau coéquipier. “En plus d’une bonne base technique, il est convaincant dans les duels, est jeune et a encore une réelle marge de progression. En tout cas, le Benteke qui a rejoint Malines n’a pas eu besoin d’être boosté pour être compétitif et m’est apparu motivé dès le premier contact. Il était loin d’avoir le moral dans les chaussettes.”

Le portier du Malinwa comprenait pourtant la réaction de l’ex-Standardman. “J’aurais réagi par des propos aussi violents que lui. Il ne pouvait pas remplacer et Jovanovic et De Camargo et Mbokani, le trio offensif qui avait quitté Sclessin ! Cependant, son intérêt tient à ne surtout pas baisser les bras, Malines s’inscrivant comme une saison pour qu’il confirme sa belle campagne sous le maillot de Courtrai. S’il convainc deux années de suite, il obtiendra une nouvelle chance... au Standard ou ailleurs.”

Pour Olivier Renard, le jeu de la nouvelle recrue navigue entre celui de Rossini et celui de Nong. “Rossini s’inscrivait comme le vrai pivot et la qualité première de Nong était la profondeur. Quand nous sommes acculés, Christian peut garder un ballon devant. Il sait évoluer comme pivot tout en pouvant également plonger dans les espaces.

Sur l’interdiction pour Benteke d’affronter son futur-ex employeur, le gardien carolo affirme. “Il est vraiment regrettable que le système du prêt l’empêche de jouer ce soir contre le Standard. Cela fausse la donne dans la conquête de notre objectif final. D’autant plus, qu’en face, Aloys Nong pourra être aligné.”

Malgré le revers concédé à Courtrai, Olivier Renard ne ressent pas de pression oppressante. “Comme tout match, que ce soit face au Standard ou à toute autre équipe, nous allons jouer pour le gagner. Mais nous n’évoluerons pas avec le couteau sous la gorge suite à la défaite courtraisienne.”

Ne serait-ce pas là un contexte favorable pour créer un exploit ?



© La Dernière Heure 2010
Publicité clickBoxBanner