Dominique D'Onofrio débouté

rédaction en ligne Publié le - Mis à jour le

Standard

Le directeur sportif de Metz réclamait 770.000 euros au Standard


LIEGE Le tribunal du travail de Liège a rendu jeudi sa décision dans le dossier qui oppose Dominique D'Onofrio, l'ex-entraîneur du Standard de Liège, à son ancien club de football.

Il réclamait une indemnité de licenciement de 771.000 euros après son départ en juin 2011. Mais il a été débouté et condamné à payer au club une indemnité provisionnelle. Il a également été condamné pour procédure téméraire et vexatoire.

L'ancien entraîneur des Rouches réclamait à son ancien employeur un préavis de 20 mois pour son contrat à durée indéterminée de directeur technique du Standard. Ses avocats argumentaient que leur client présentait une ancienneté de 14 ans dans le club et ont calculé que c'est équivalent d'un préavis de 20 mois qui devait lui être octroyé à la suite d'une rupture de contrat.

Le tribunal a débouté l'ex-entraîneur de sa demande et a constaté que Dominique D'Onofrio avait annoncé son départ du club lors d'une conférence de presse en juin 2011 et qu'il avait remis à cette époque ses clés, son badge et sa voiture au club. Il avait annoncé qu'il était sur le marché de l'emploi.
Le tribunal a estimé que son intention de rompre son contrat avait été exprimée sans ambiguïté et que le fait qu'il vide son bureau puis qu'il parte en vacances sans en avertir son employeur le confirme.

Dominique D'Onofrio devra payer une indemnité provisionnelle d'un euro au Standard pour rupture de contrat. Il est également condamné à payer au club 2.500 euros pour procédure téméraire et vexatoire.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner