Goreux: "Certains baissent trop vite les bras"

Interview > David De Myttenaere Publié le - Mis à jour le

Standard

Goreux croit encore à l’Europe : “La chance est mince mais il faut la jouer à fond”

LIEGE Le Standard doit gagner demain contre Genk s’il veut entretenir le mince espoir qui lui reste d’être européen la saison prochaine. Réginal Goreux en est conscient et il veut que son équipe affiche un autre visage que lors des autres matches des playoffs 1. Il veut de la grinta !

À Bruges, on vous a vu assez nerveux. Notamment sur l’altercation entre Gonzalez et Donk.

“C’est mon tempérament. Chaque équipe se permet certaines choses. Il faut se faire respecter. Le groupe est parfois trop gentil. Le coach a raison quand il dit qu’on n’est pas assez vicieux. Gagner du temps, tomber au lieu de rester debout quand on est victime d’une faute, etc., cela peut faire la différence. Il faudra s’en souvenir à l’avenir.”

Dimanche, on a aussi vu un manque d’envie. En première mi-temps, la défense brugeoise a pu jouer la passe à dix sans être mise sous pression.

“Je ne pointe personne du doigt mais cela se voit sur le terrain : certains baissent trop vite les bras. On peut en discuter dans le vestiaire mais au final c’est le joueur qui a les cartes en main une fois sur le terrain… Vous savez, c’est le monde du foot : c’est la fin de saison, on ne veut pas se blesser, etc. Cela peut aussi s’expliquer par la fatigue vu le nombre de matches joués et par la crispation qui peut toucher certains joueurs. Parce qu’à l’entraînement, cela ne manque pas de motivation.”

Vous avez vous-même abdiqué sur le deuxième but brugeois.

“Si tu te bats pour les autres, il faut aussi que la couverture se fasse pour toi. Mais bon, c’est clair que je suis en faute sur ce but.”

Vous avez dit après Bruges qu’il fallait préparer la saison prochaine. Vous ne croyez plus à un ticket européen ?

“Ce que j’ai voulu dire, c’est qu’on voit les joueurs qui continuent à se donner à fond malgré notre situation difficile et que ce doit être une indication pour l’avenir. Si on avait gagné à Genk, on aurait peut-être plus de joueurs disponibles… Mais oui, je crois encore à l’Europe. Il reste une petite chance. Mais on va la jouer à fond. On a une petite occasion à saisir : on joue contre deux concurrents directs mais c’est à domicile. On peut prendre deux fois trois points.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner