Ron Jans: "Ce n'est pas une catastrophe"

Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Standard

L'amertume était palpable du côté des Standardmen après la défaite inaugurale concédée face à Zulte-Waregem. Du côté visiteur par contre, l'heure était à la satisfaction

SCLESSIN Franky Dury était évidemment ravi de la rencontre même s'il avoue que tout ne fut pas simple pour ses hommes: "C'était un match très difficile. On marque après dix minutes seulement. Ensuite on est mis en difficulté et on perd la possession de la balle mais on s'est battu jusqu'à la fin. Après le but, on ne savait plus trop ce qu'on devait faire, défendre ou continuer à attaquer. Et quand tu défends de la 10e minute jusqu'à la fin, c'est difficile évidemment. Mais bon, grâce aux joueurs, on est heureux aujourd'hui."

Même son de cloche du côté de Mbaye Leye, auteur de l'assist face à son ancienne équipe: "On savait que ce serait difficile, ici face au Standard. On a parfaitement joué le coup et on doit continuer comme cela, en bloc et en se créant des occasions. Quand on voit qu'on gagne ici à Sclessin, c'est positif, car peu d'équipes seront capables de faire pareil."

Du côté du Standard par contre, la pilule était difficile à avaler: "Je pense qu'on a pas mal joué mais après 10 minutes de jeu on prend un but et c'est un coup dur. On a eu plusieurs occasions pour revenir mais on y est pas parvenu." analysait ainsi Marvin Ogunjimi.

Laurent Ciman ne voyait pas les choses différemment: "On prend un but assez vite dans la partie, il n'y a personne qui suit Franck sur l'action. Il faut se remettre en question, et c'est normal qu'on soit déçus. On a aussi manqué de réalisme devant le but et de cette manière, ce n'est pas possible de gagner un match."

Enfin l'entraineur Ron Jans tentait pour sa part de relativiser cette défaite inaugurale: "Nous commençons très nerveusement et avec ce premier but très rapide, ce n'était pas bon pour la confiance.

On a tout essayé pour revenir sans y parvenir. Les 20 dernières minutes, on a joué avec 3 défenseurs mais la chance n'a pas été de notre coté. Nous avions parlé des phases arrêtées mais sur ce coup-la, personne ne tient Berrier. Il faudra se reprendre pour la suite.

Ce n'est pas une catastrophe, c'est mon boulot de rester positif, nous avons montré des choses et nous nous sommes créés des chances."

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner