Vainqueur : “Notre groupe est vraiment très fort”

D. D.M. Publié le - Mis à jour le

Standard

Le médian a retrouvé son meilleur niveau : “La saison passée, je suis tombé dans la facilité. Je ne commettrai plus cette erreur”

LIEGE Le Standard entame la saison avec des ambitions revues à la hausse. Le groupe est donc censé être plus fort que celui de la saison passée.

“Je ne vais pas rentrer dans cette polémique. On sort d’une préparation idéale. La philosophie du coach est basée sur le jeu. Avec les joueurs recrutés et ceux qui sont restés, on a vite pris conscience de nos qualités. Nos ambitions sont tout à fait en accord avec la qualité du noyau. On a un groupe vraiment très fort. Cette année, il est sain, soudé” , commente William Vainqueur. “La saison passée, certains pensaient à un départ et n’étaient pas à 100 % avec nous. Meme, par exemple. Je dis cela, mais je précise que c’est un très bon joueur et un ami. Ce n’est pas une mauvaise chose que ceux qui voulaient partir soient partis. Cette année, tout le monde est concerné. Qu’on soit titulaire ou pas, on a tous un rôle à jouer.”

Le Français, lui, débutera dans la peau d’un titulaire et aura un rôle important à jouer dans l’axe de l’entrejeu. Il est prêt : il a été le meilleur Standardman durant la préparation.

“Je suis bien, oui. Mais ce qui compte, c’est d’être bien quand le championnat reprend. Et aussi lors des playoffs” , insiste celui qui, la saison passée, a baissé de régime au deuxième tour. “C’est vrai. En partie à cause de l’accumulation des matches : je venais de Ligue 2 où on joue 26 matches par an et là on en a joué 40 ou 50 ! Mais je ne me cache pas derrière cette excuse. C’est aussi de ma faute. J’étais bien et je suis un peu tombé dans la facilité. J’ai oublié l’essentiel et je n’ai plus assez bossé. Je ne commettrai plus la même erreur.”

William Vainqueur n’arrivera plus en retard aux rendez-vous. Cela avait été le cas avant le match amical contre Otelul Galati et il avait débuté sur le banc.

“Je précise que c’était un malentendu” , rappelle le médian défensif, qui avait mal compris l’heure du rendez-vous. “J’ai accepté la décision du coach. Pour entraîner une trentaine de joueurs, il faut être intransigeant. Mais le coach sent les moments où il doit l’être ou ceux où il peut être plus souple.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner