Football

Le Real Madrid a battu l'Athletic Bilbao 4 à 1

MADRID Le Real Madrid, pourtant d'abord mené au score, s'est imposé en costaud (4-1) dimanche à domicile contre un Athletic Bilbao batailleur, mais trop juste, pour la 1re journée de Liga qui avait été reportée en raison d'une grève des joueurs en août dernier.

Grâce à cette victoire, les Merengue préservent leur avantage de cinq points sur le Barça, qui avait pourtant mis la pression sur le Real en l'emportant plus tôt dans la journée sur la pelouse de Malaga (4-1), grâce notamment à un triplé de Messi.

Dimanche, le Real a d'abord dû ferrailler face à un Athletic Bilbao entreprenant, avant que les Merengue, très résistants et portés par un grand Özil, ne finissent par dicter leur loi aux Basques grâce notamment à deux penalties de Ronaldo (46e, 65e).

Les visiteurs avaient pourtant été les premiers à frapper sur une contre-attaque d'école: l'action, partie des mains du gardien des Rouge et Blanc Iraizoz, finissait sa course dans les filets des locaux après un beau centre de la droite de Javi Martinez et une magnifique volée du gauche de Llorente (1-0, 13e).

Quelques minutes plus tard, De Marcos tenait même au bout du pied une balle de break, sur un ballon mal repoussé par Casillas. Mais le meneur de jeu basque se prenait les pieds dans le tapis au moment de conclure (19e).

Le Real, malmené, prouvait alors qu'il avait du caractère: sur une superbe combinaison côté droit, Marcelo sollicitait le une-deux avec Benzema et, une fois rentré dans la surface, obtenait l'égalisation d'une frappe pleine de sang-froid (1-1, 25e).

S'ensuivait un match très ouvert, riche en occasions. Mais dans ce combat de boxe, le Real se montrait le plus insistant. Et au retour des vestiaires, les Blancs récoltaient les fruits de leurs efforts, se voyant accorder un penalty pour une faute dans la surface sur Kaka, qui s'était déjà retrouvé dans une situation semblable à la 40e minute.

Ronaldo ne laissait alors pas passer l'occasion (2-1, 46e).

Le Portugais allait même rééditer l'expérience à la 65e puisque sur une nouvelle faute incontestable sur Özil dans la surface, l'arbitre indiquait à nouveau penalty et excluait le milieu basque De Marcos (3-1).

Ronaldo en profitait pour mettre un point final au match et récupérer son sceptre de meilleur buteur (23 buts) après le hat-trick de Messi (22) contre Malaga.

Enfin, Callejon, à peine entré en jeu, enfonçait un peu plus le clou en concluant victorieusement un contre des Blancs (86e).



© La Dernière Heure 2012