Football

Coucke reste fan, mais était trop ambitieux: “La situation risquait de devenir malsaine”.

Le départ de Coucke ne signifie pas la mort du KV Ostende. “Plusieurs candidats-acheteurs de sont déjà manifestés” , dit Coucke.

Parmi eux: le City Football Group, qui est propriétaire de Manchester City mais aussi, de New York City, Yokohama, Melbourne et Girona. City achèterait 50% des actions, Bart Versluys les autres 50%. Ostende pourrait - comme le font Monaco et le Cercle Bruges - bénéficier de joueurs qui ne sont pas forts assez pour le noyau A de City... Mais entre-temps, le départ de Coucke a eu l’effet d’un tremblement de terre à la Côte. “Je comprends la déception et la rage des gens” , indique Coucke, qui était à Beveren, hier soir, lors de la victoire d’Ostende (1-3), alors qu’il portait son écharpe ostendaise. “La réaction des gens m’a ému. C’est bien la preuve que nous avons réalisé des choses incroyables en quatre saisons.” Seulement, les ambitions de Coucke allaient plus loin que celles d’Ostende. “Je sentais que le KVO atteindrait bientôt son plafond et que le club ne grandissait pas aussi rapidement que je ne le souhaitais. Le club n’est pas habitué de travailler avec des vedettes. La situation risquait de devenir malsaine. C’est pour cela que j’ai demandé à la petite équipe qui m’entoure si elle était d’accord que je reprenne Anderlecht… Bien sûr que j’ai utilisé ma calculatrice avant d’opter pour Anderlecht. Mais c’est aussi un choix du cœur.” Coucke ne tournera toutefois pas définitivement le dos à Ostende. “Je resterai supporter. Quand Ostende ne jouera pas en même temps qu’Anderlecht, je serai souvent dans les tribunes du KVO. Je ne sais pas comment on pourra m’en empêcher. Je serai supporter comme je l’ai été pendant 40 ans.”