Football

L'Europe des 16 peaufine ses listes respectives des 23 à 100 jours du coup d'envoi de l'Euro-2008, disputé en Autriche et en Suisse du 7 au 29 juin


VIENNE Revue d'effectif par groupes.

GROUPE A

Suisse: Kuhn, 64 ans, est à la tête de la "Nati" depuis juin 2001, et rêve de partir sur un exploit sur ses terres, avant de laisser la place à Hitzfeld. Tout risque de dépendre encore une fois de l'état de forme de leur buteur vedette Frei, encore affecté par les blessures cette saison.

République tchèque: La presse du pays milite pour un retour en sélection du retraité Nedved. Mauvais signe pour les finalistes de l'édition 1996? Baros, meilleur buteur de l'Euro-2004 (où l'équipe s'inclinait en demi-finale contre les Grecs, vainqueurs au final), a quitté Lyon pour tenter de se relancer à Portsmouth et gagner en temps de jeu. La sélection, sans un Bruckner malade, a perdu ses deux derniers amicaux.

Portugal: Il y a quatre ans, Cristiano Ronaldo faisait partie, avec Rooney, de cette jeune génération qui découvrait le très haut niveau de l'Euro. A lui de conduire l'armada portugaise vers les sommets et de faire oublier les "affaires" qui gangrènent le football du pays.

Turquie: Pas de chance pour les Turcs, mais c'est l'extra-sportif qui va peser sur leur épaules cet été. Suisse-Turquie sent le soufre après les graves incidents de novembre 2005 à Istanbul, lors d'un match de barrage des qualifications pour le Mondial-2006 terminé en bagarre générale.

GROUPE B

Autriche: Pour sa première participation à un Euro, l'équipe fait figure de victime expiatoire. Les jeunes, qui s'illustrent dans leurs sélections respectives, seront sans doute encore trop tendres pour faire mentir les prédictions.

Croatie: Les 23 qui seront retenus recevront chacun une prime de 300.000 euros si la Croatie remporte la compétition. Cela suffira-t-il? L'équipe au damier se passera d'Eduardo, à la jambe brisée ce week-end dans le championnat anglais.

Allemagne: Le grand favori. Ballack revient en forme. Mais la question des gardiens, qui a déjà pollué le Mondial-2006, risque de resurgir avec les débats suscités par les performances en dents de scie de Lehmann.

Pologne: Double dose de pression pour cette nation, tombée dans la poule de l'Allemagne et qui sera co-organisateur de l'Euro-2012 avec l'Ukraine. Un défi sur le plan logistique notamment.

GROUPE C

Pays-Bas: La volée mythique de Van Basten en finale du championnat d'Europe des nations a tout juste 20 ans. Une performance des Oranje serait un gros clin d'oeil pour le buteur devenu sélectionneur, qui entraînera l'Ajax après l'Euro.

Italie: Encore un favori. Et encore une fois, les champions du monde croiseront le chemin de leurs meilleurs ennemis, les Français. Lors de leur dernière sortie, privée de certains cadres, la Nazionale, a fait forte impression contre le Portugal (3-1).

France: Les Bleus bénéficient de l'émergence de nouveaux talents (Benzema, Ben Arfa, Nasri, Toulalan) et Trezeguet pourrait en pâtir. Seul gros piège à éviter: ne pas se focaliser sur le duel avec les Italiens.

Roumanie: "C'est un groupe facile" a d'abord plaisanté Victor Piturca lors du tirage au sort, avant de lancer: "Pourquoi ne pourrions-nous pas faire partie des deux qualifiés dans ce groupe". Mutu détient sans doute une partie de la réponse.

GROUPE D

Grèce: Les tenants du titre pourront-ils réitérer le miracle de 2004? Difficile de le savoir avec cette sélection toujours aussi peu médiatisée. La bande à Rehhagel était toutefois en forme dans les éliminatoires.

Suède: Le dernier amical contre la Turquie (0-0) a laissé les observateurs sur leur faim. Que vaut la nouvelle génération incarnée par Källström?

Espagne: Raul y sera-t-il? Le feuilleton continue de passionner l'Espagne, avec comme dernier rebondissement une conférence de presse commune entre le buteur du Real et son sélectionneur Aragones, avec qui les relations étaient détestables jusqu'ici.

Russie: C'est la trêve hivernale dans le pays, et il faudra attendre mars pour en savoir plus sur la troupe de Hiddink.