Football DH.be vous présente les différents participants à l'Euro 2016. Focus ce vendredi sur le Portugal, une équipe qui déçoit rarement en championnat d'Europe et qui voudra à tout prix laver l'affront du Mondial brésilien. Une chose est sure: s'ils ne passent pas les poules, CR7 et les siens seront la risée de tout un peuple. Présentation.

Au moment du tirage au sort des éliminatoires de l'Euro 2016, les Portugais pouvaient avoir le sourire: non seulement ils héritaient des Français - et donc de deux matches "pour du beurre", la France étant qualifiée d'office en tant que pays organisateur -, mais en plus de cela ils étaient versés dans un groupe sans adversaire vraiment coriace. Résultat: une première place aisée, un total de 21 points sur 24 et une seule défaite, en ouverture, face à l'Albanie.

En décembre dernier, lors du tirage de la phase finale de l'Euro cette fois, nouvelle patte de lapin. Car malgré tout le respect que l'on doit à l'Autriche, la Hongrie et l'Islande, Cristiano Ronaldo et les siens évitaient les plus gros morceaux des pots 2, 3 et 4. De quoi réaliser un beau parcours? Oui, si on regarde le passé glorieux du pays dans la compétition. Depuis vingt ans, les Portugais sont abonnés à l'Euro et y prestent plutôt bien: deux quarts de finale en 96 et 2008, des demi-finales en 2000 et 2012 et surtout une finale à domicile en 2004 (perdue face à de valeureux Grecs).

Plusieurs éléments viennent toutefois calmer les ardeurs lusitaniennes. Tout d'abord, le désastre du Mondial 2014 au Brésil et cette élimination précoce en phase de poules au détriment des USA n'auront-ils pas laissé des traces? Ensuite, les Portugais ont tendance à montrer certaines limites face à des adversaires plus relevés, comme en attestent ces deux défaites (2-1 et 0-1) face à la France lors des qualifs. Enfin, si la Selecção das quinas compte une star en ses rangs, elle en est archi-dépendante. Cela risque donc de poser quelques problèmes si CR7 se blesse ou est dans un mauvais jour l'été prochain...

L'équipe-type

En septembre 2014, Fernando Santos profite de la défaite de trop de Paulo Bento face à l'Albanie dans le 1er match des éliminatoires pour prendre les commandes de la sélection. Celui qui venait tout juste d'amener la Grèce en 1/8e de finale du Mondial brésilien va alors réaliser le parcours sans faute: 21/21! Bien connu au pays pour avoir entraîné les trois clubs phares (Porto, Sporting et Benfica), Santos évolue dans un 4-3-3 qu'il adapte, au besoin, en 4-5-1.

Entre les perches, on retrouve l'expérimenté Rui Patricio (27 ans), aussi fidèle à sa sélection qu'à son club de coeur du Sporting Portugal pour lequel il totalise déjà 336 matches depuis 2006! Devant lui, dans l'axe de la défense, ça ne manque pas de métier non plus. Ricardo Carvalho (37 ans) et Pepe (32 ans) sont là pour fermer la boutique. Si le Monégasque, qui a fait les bons jours de Chelsea et du Real, aura à cœur de tenir son rang pour sa (probable) dernière compétition internationale, le défenseur rugueux du Real devra faire attention à maîtriser ses nerfs. Son expulsion face à l'Allemagne en ouverture du précédent Mondial avait conduit à la perte des siens... Au poste d'arrière gauche, l'indéboulonnable Fabio Coentrão (27 ans), prêté cette saison par le Real à Monaco, reste une pièce maîtresse. De l'autre côté, par contre, la place d'arrière droit est plus vacante. Vu la blessure aux ligaments du genou de José Bosingwa, c'est le jeune Cédric Soares (24 ans) qui devrait pourvoir le poste. Arrivé à Southampton l'été dernier, le défenseur y réalise un bon début de championnat.

© DR
Dans l'entrejeu, finis les tatouages de Raul Meireles et les titularisations systématiques de Miguel Veloso. Place à la jeunesse de Danilo Pereira (24 ans). Le milieu de terrain de Porto est l'avenir et il semble avoir convaincu Santos dans son rôle de box-to-box lors des derniers matches de qualifications. A ses côtés, Danilo pourra compter sur deux manieurs de ballon hors pair. Tiago, du haut de ses 34 ans, reste un excellent relayeur et il continue de le prouver du côté de l'Atlético Madrid. Avec Ricardo Carvalho et... Cristiano Ronaldo (déjà!), il est l'un des seuls rescapés de la folle aventure de l'Euro 2004 et il espère revivre de grandes émotions en France. Enfin, autre caresseur de ballon génial, João Moutinho (29 ans) est en outre le deuxième meilleur buteur de la sélection lors des qualifs derrière CR7. Lui non plus ne sera pas trop dépaysé sur les prés français puisqu'il évolue depuis 2013 à Monaco.

Plus haut sur l'échiquier, on retrouve deux valeurs sures sur les ailes. A gauche, Cristiano Ronado est l'inévitable star de la nation, l'emblématique capitaine sur qui tous les espoirs reposent (voir portrait ci-dessous). A droite, Nani (29 ans) a toujours vécu un peu dans l'ombre de Ronaldo. Pourtant, avec quatre titres de champion d'Angleterre et une Ligue des champions (avec ManU), le garçon possède un beau palmarès. Mention spéciale: Nani est le seul joueur à avoir été titulaire lors des huit matches de qualification. Enfin, l'une des grosses particularités de la Selecção das quinas est d'évoluer avec un faux numéro 9. C'est Danny (32 ans), numéro... 10 du Zenit qui occupe le plus souvent le poste. Il arrive toutefois que Ronaldo le supplée ou bien que Santos privilégie Éder (Swansea), pur attaquant.

La star: Cristiano Ronaldo (né le 05/02/1985 - Real Madrid)

Faut-il encore le présenter? Déjà considéré comme une légende du football à seulement 30 ans, Cristiano Ronaldo est une star interplanétaire. Bellâtre à l'égo surdimensionné pour certains, athlète au grand cœur pour d'autres... Sur et en dehors des terrains, CR7 ne laisse personne indifférent. Grâce à un mélange de talent pur et de travail acharné, le triple Ballon d'Or a presque tout gagné en club, notamment la Ligue des champions à deux reprises avec Manchester United et le Real Madrid. Il est en outre l'actuel meilleur buteur de l'histoire du Real et de la C1 (89 goals, devant Messi, 80).

© DR
En sélection, le natif de Madère est également incontournable: avec 5 réalisations, il est de loin le meilleur buteur de son équipe en qualif. Mais il est tout simplement le Portugais ayant inscrit le plus de buts dans l'histoire de la nation (55 en 123 matches). Et de records, il en sera encore question en juin prochain sur les pelouses françaises. Sauf blessure, CR7 détrônera Luis Figo et Nuno Gomes pour devenir le joueur portugais ayant disputé le plus de matches à l'Euro. Plus prestigieux encore: il devrait s'offrir le titre de meilleur buteur de l'histoire de la sélection en championnat d'Europe (il en est actuellement à 6 buts, ex aequo avec Nuno Gomes).

Mais après un Mondial brésilien catastrophique, l'athlète devra se rattraper aux yeux de tout un peuple. Qui plus est, Ronaldo sait qu'un bon tournoi pourrait lui faire gagner des points précieux dans la course à un quatrième Ballon d'Or. De quoi promettre des étincelles au prochain Euro!

Notre pronostic: un huitième de finale

Plutôt épargnés par le tirage, les Portugais devront se méfier de ne pas prendre leurs adversaires de haut. Deux ans après l'humiliation subie au Brésil, ils n'ont en tout cas pas droit à l'erreur. Et attention car si la Hongrie semble plus que prenable, l'Islande mais surtout l'Autriche, véritable révélation des éliminatoires, risquent d'être de redoutables rivaux. Il ne serait donc pas étonnant que l'une de ses deux formations accroche le Portugal. Néanmoins, l'expérience lusitanienne dans ce genre de compétition devrait finir par payer et on voit bien l'équipe de Santos terminer première de son groupe.

Si tel était le cas, les Portugais auraient à en découdre en huitième de finale avec le second du groupe E, celui de la Belgique. Cela pourrait donner lieu à un alléchant Italie - Portugal très disputé... Mais face à cet adversaire plus relevé, la Selecção das quinas pourrait montrer ses limites. Notamment à cause de l'âge vieillissant de certains de ses joueurs ou de l'absence d'un véritable numéro 9 performant dans l'équipe.

Les jeunes talents vice-champions d'Europe espoirs en juin dernier (Bernardo Silva, William Carvalho, João Mario...) ou un Cristiano Ronaldo au sommet de son art sont-ils en mesure de déjouer nos pronostics? Réponse dans quelques mois...

Parier sur le Portugal via betFIRST pourrait vous permettre de multiplier votre mise par 19 ! Rendez-vous ici.


L'infographie

© DR


(Simon Legros)