Football Une bonne partie des Diables devrait disputer son tout dernier grand tournoi lors de l’Euro 2020 et ça ne sera pas devant leur public.

Quand Emile Mpenza a offert la victoire aux Diables contre la Suède dans un stade Roi Baudouin en liesse pour le match d’ouverture de l’Euro 2000, Eden Hazard avait 9 ans. Kevin De Bruyne allait, lui, fêter son 9e anniversaire quelques jours plus tard alors que la Belgique était déjà éliminée.

On ne s’imaginait alors pas que la génération dorée de notre football se formait discrètement aux quatre coins du Royaume. Dix-huit ans après ce championnat d’Europe organisé chez nous (et aux Pays-Bas), la Belgique sera l’une des candidates à la victoire finale cet été à la Coupe du Monde russe.

Et dans deux ans et demi pour l’Euro, une partie de la génération actuelle devrait disputer son tout dernier grand tournoi (Vermaelen et Kompany auront 34 ans, Vertonghen, Dembélé et Mertens 33, Fellaini, Mirallas, Nainggolan et Defour 32, Witsel 31, Chadli 30…), même si certains risquent de déjà prendre leur retraite internationale après le Mondial 2018.

Jouer le match d’ouverture à Bruxelles aurait pu être une formidable façon de dire au revoir à leurs supporters. "Mais ça se fera loin de chez nous", regrette Gérard Linard, le président de la fédération. "C’est une situation aberrante alors que l’on n’a jamais eu une aussi bonne équipe nationale. On ne peut pas accueillir l’Euro 2020 parce qu’on n’a pas de stade…"

Et il ne faut pas espérer rattraper le coup avec la prochaine génération : l’Euro 2024 aura lieu en Allemagne ou en Turquie tandis que la candidature conjointe du Mexique, des États-Unis et du Canada est favorite pour la Coupe du Monde 2026. Rendez-vous donc, au mieux, en 2028 pour l’Euro. Allez, un peu d’espoir : Youri Tielemans n’aura jamais que 31 ans…