Football Les esprits se sont quelque peu échauffés lors du match Everton-Lyon en cette troisième journée d'Europa League. Et pour cause : le capitaine d'Everton, Williams, pousse volontairement le gardien lyonnais, Lopes, contre les panneaux publicitaires. Le joueur a écopé d'un carton jaune, une sanction trop légère selon de nombreux spectateurs.

Williams courait vers la balle quand le gardien lyonnais l'a attrapée au vol. Le joueur d'Everton l'a dès lors poussé violemment dans les panneaux publicitaires. Traoré a été le premier à se diriger vers son coéquipier. Les autres joueurs, comprenant qu'une rixe allait éclater, se sont empressés vers le lieu de "l'accident", transformant ce duel en pugilat collectif. Les bousculades semblaient à ce moment être la "seule" manière de régler le problème. Même les supporters s'y sont mis. On voit en effet sur les images un père tenant son jeune fils dans les bras repousser le gardien et participer au cafouillage.

Les remarques quant à la non-exclusion de Williams ne se sont pas faites attendre. De nombreux internautes ont notamment blâmé l'arbitre se demandant pourquoi le capitaine n'avait pas reçu un carton rouge ou n'avait été renvoyé au vestiaire. Il n'y a pas de doutes, les supporters des deux camps étaient tout aussi remontés que les joueurs.





"Ce n'est pas normal", estime Traoré

"Il y a un supporter qui lui met un coup, je pense que ce n'est pas normal", a regretté l'attaquant lyonnais Bertrand Traoré en référence à la claque donnée par un spectateur au gardien Anthony Lopes, au milieu des échauffourées qui ont éclaté entre les joueurs d'Everton et de Lyon, jeudi en Europa League.

"Dans ces moments-là, on doit s'entraider, rester en équipe. C'est ce que j'ai essayé de faire. Il y a un supporter qui lui met un coup, je pense que ce n'est pas normal", a ajouté, au micro de beIN Sports, le Burkinabè auteur du but décisif dans la victoire de l'OL (2-1).

Traoré a été l'un des premiers Lyonnais à réagir lorsque son portier portugais a été bousculé par le défenseur des "Toffees" Ashley Williams, après l'heure de jeu.

"J'ai défendu Anthony. Ce n'est pas normal qu'il y ait une faute sur lui et qu'on le bouscule après", a-t-il poursuivi.

L'entraîneur d'Everton ne comprend pas

"Je ne sais pas ce qu'il s'est passé", a réagi l'entraîneur d'Everton Ronald Koeman en conférence de presse. "C'est parti d'Ashley et d'un autre défenseur lyonnais. Il y avait beaucoup de joueurs impliqués."

"Je comprends mes joueurs et que quelque chose se soit passée. Cela vient de la frustration. La frustration a commencé à monter en première période. L'arbitre l'a laissée monter, notamment avec Fekir, qui a plongé dix fois en première période (sans être sanctionné)", a regretté le Néerlandais.