Champions League Loris Karius va devoir désormais vivre avec ses deux énormes boulettes.

Il y a les Panenka et le Madjer. Il y aura sans doute désormais les Karius. Sauf qu’à la différence de l’inspiré Tchèque et du génial Algérien, laisser son nom graver dans le vocabulaire du jeu n’est pas un honneur pour un gardien. Plus un boulet à traîner encore et encore. Luis Arconada, passé à la postérité il y a 34 ans, ne dira pas le contraire…

Même à froid, le questionnement subsiste : comment et pourquoi Karius a-t-il fait cela ? Sur le coup, Jordan Henderson n’a pas caché son incrédulité : "Le premier but, je n’ai pas bien vu. Je ne sais pas si c’était autorisé ou pas ou s’il avait le ballon dans les mains", a souligné le capitaine des Reds.

Cette phase de jeu n’avait rien d’illicite, Karim Benzema tendant le pied sans gêner l’Allemand qui, cerise sur le gâteau de ses bourdes, a clos sa soirée par une mauvaise lecture de la trajectoire de la frappe lointaine de Gareth Bale certes flottante mais suffisamment lointaine pour mieux l’appréhender.

"Aujourd’hui, j’ai perdu mon match. Je suis déçu. Déçu pour tout le monde, pour l’équipe, le club. Si seulement je pouvais revenir en arrière, je le ferais", a soupiré le gardien au micro de talkSport. "Je sais que j’ai laissé tomber l’équipe. C’est une soirée très difficile, mais c’est la vie d’un gardien. Il faut relever la tête. Cela nous a coûté le trophée. Tout le monde a essayé de me remonter le moral dans le vestiaire mais tout était très silencieux, tout le monde était tellement déçu."

Jürgen Klopp a bien évidemment été l’un des premiers à venir susurrer quelques mots à l’oreille de son compatriote. "Je ne lui ai que très, très peu parlé. Il n’y a pas grand-chose à dire. Je suis désolé pour lui. Personne ne voulait que cela arrive. Les erreurs sont évidentes, pas besoin d’en discuter. Il le sait, je le sais, tout le monde le sait", a soupiré le technicien. "Maintenant, il va devoir faire avec, comme nous tous et bien évidemment nous sommes avec lui. Aucun doute là-dessus. Ce n’était juste pas sa soirée…"

Mais il va devoir composer avec. Dans la carrière de Karius, par ailleurs auteur de deux belles parades devant Ronaldo ou Isco, il y aura un avant et un après ce 26 mai 2018. Le portier, en larmes au coup de sifflet final malgré les mots de réconfort de Gareth Bale, en avait sans doute conscience quand il s’est présenté devant la tribune nord où étaient massés les supporters des Reds pour implorer leur pardon. "Je l’admire pour être allé les voir", a avoué sur BT Sport Steven Gerrard, rappelant une évidence : "Il va passer des mois difficiles."

Et sans doute des années à voir son nom associé à cette incroyable erreur…