Champions League Les joueurs ajacides ont l’expérience de ce genre de rendez-vous, à commencer par Klaas-Jan Huntelaar.

S’il ne sera pas le plus important de la saison, le match de mardi à l’Ajax, comptant pour le troisième tour préliminaire de la Ligue des Champions, pourrait conditionner la suite de la saison des Liégeois. Après le nul (2-2) de l’aller, tout reste à faire mais tout reste surtout possible pour les Liégeois, qui ont les armes pour éliminer les vice-champions de la dernière Eredivisie.

On a coutume de dire que dans ce type de rencontre, l’expérience européenne peut faire la différence. En plus du déficit budgétaire, le Standard a aussi un déficit d’expérience internationale. Et cela se traduit du simple au double, tant dans le nombre de matches européens disputés par les deux noyaux que dans le nombre de buts marqués.

Chez les Rouches , l’ensemble du noyau a disputé 276 rencontres continentales. Mehdi Carcela et ses 46 présences dans les diverses compétitions (Europa League ou Ligue des Champions) tient la palme liégeoise avec 45 matches, devant Cop (41 rencontres).

En face, du côté des Amstellodamois, ce n’est pas la même musique. 516 rencontres européennes pour tout le noyau, dont 90 pour le seul Huntelaar, qui profite de sa longue carrière au Real Madrid et à Schalke 04. L’attaquant hollandais a surtout marqué à lui tout seul plus de buts (53) que tout le noyau du Standard dans son ensemble : 26.

Pour Preud’homme, ses joueurs peuvent compenser : "J’ai beaucoup de joueurs qui ont moins joué en Europe, mais qui ont l’expérience des stades surchauffés, pleins, dans lesquels il y a beaucoup de pression. Ils peuvent donc gérer cette rencontre de la meilleure des façons."