C1 Unai Emery a été très élogieux envers Anderlecht lors de sa conférence de presse.

Pendant quinze minutes, les joueurs parisiens ont foulé la pelouse du stade Constant Vanden Stock mardi soir. Pas pour un entraînement (qui avait eu lieu le matin en France) mais pour une petite reconnaissance du terrain. Neymar, accompagné par son garde du corps personnel, ne s’est pas aventuré bien loin mais il a pris le soin de saluer les photographes qui n’avaient d’yeux que pour lui.

Parmi toutes ces stars, Unai Emery passait presque inaperçu. L’entraîneur espagnol regardait le stade avec attention après avoir examiné la qualité du terrain.

Anderlecht, vous connaissez un petit peu ?

“C’est un nom qui m’est familier en fait. Je suis le football depuis tout petit et Anderlecht a toujours été là. Je me souviens que les clubs espagnols avaient toujours des soucis contre ce club. Et des années plus tard, Anderlecht est toujours à un haut niveau.”

Certains observateurs en France disent que cet Anderlecht est moins fort que Dijon, votre adversaire du week-end passé. Êtes-vous d’accord ?

“J’ai beaucoup de respect pour tous nos adversaires. Si tu es qualifié pour la Ligue des Champions, c’est que tu as une bonne équipe. Anderlecht a mal commencé dans cette poule et a même mal débuté en championnat mais on a fait l’analyse de l’équipe avec le staff et on était tous d’accord : il y a vraiment de la qualité.”

Qui craignez-vous particulièrement ?

“Il y a Teodorczyk le buteur, Trebel l’excellent joueur au milieu, Onyekuru qui apporte de la profondeur et d’autres encore. C’est une équipe complète qui est capable d’envoyer de longs ballons vers Teodorczyk mais aussi de combiner avec des joueurs techniques. Il ne faut certainement pas prendre cette équipe de haut.”

Hein Vanhaezebrouck est le nouvel entraîneur. Vous l’aviez croisé lors d’un forum des entraîneurs organisé par l’UEFA il y a un peu plus d’un an.

“Oui, c’est un très bon entraîneur. Il a déjà gagné le championnat avec Gand. Il a de l’expérience et de la personnalité. Pour lui et pour ses joueurs, ce match contre nous est une belle opportunité de montrer de bonnes choses.”

Vanhaezebrouck a dit qu’il ne fallait pas vous laisser le ballon, histoire d’éviter un 0-5. Mais la seule équipe qui vous a pris des points cette saison (Montpellier) n’a eu que 21 % de possession de balle. Comment fait-on pour embêter votre PSG ?

“On veut le ballon et imprimer notre style de jeu. Mais on sait aussi s’adapter si nécessaire, comme on l’a fait contre le Bayern Munich. Je sais qu’Anderlecht peut jouer de différentes manières mais on est préparé à toutes les options.”